accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

saint-hernin        
         

bluline - bretagneweb

  MONUMENTS INSCRITS ET CLASSÉS:

      CHAPELLE-OSSUAIRE DITE CHAPELLE SAINTE-ANNE - INSCRIT LE 30 MAI 1928 - CALVAIRE SITUÉ SUR LA PLACE - CLASSÉ LE 7 DÉCEMBRE 1943 - ÉGLISE - INSCRIT LE 23 OCTOBRE 1972

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

SAINT-HERNIN ; dans un fond ; à 9 lieues & demie au Nord-Est de Quimper, son Evêché ; à 31 lieues de Rennes ; & à 1 lieue & demie de Carhaix, sa bubdélégation. Cette Paroisse releve du Roi, ressortit à Châteauneuf, & compte 1200 communiants : la Cure est à l'alternative. Le territoire, borné au Nord par la riviere d'Aulne, & au Sud par les montagnes noires, offre à la vue des terres bien cultivées, des prairies, & beaucoup de landes ; le pays est riant, très-agréable, coupé de vallons, & couvert d'arbres & buissons.
La Terre & Seigneurie de Ker-goat est très-ancienne ; elle étoit possédée, en 1200, par Yves le Moine. Yves, son petit-fils, prêta serment de fidélité au Comte de Montfort, en 1369. Il eut un fils, nommé Yves Hingoit de Kergoat, qui fut Médecin ordinaire du Duc Jean V, qui lui procura l'Evêché de Tréguier en 1402 ; mais il ne garda ce Siege qu'environ deux ans : il fit bâtir le magnifique château de Ker-goat, qui passa pour une place très-forte, & mourut en 1403. Après sa mort, ce château appartint à Olivier le Moine, Grand-Ecuyer de Bretagne, dont le fils, aussi nommé Olivier, fut Chambellan & Grand-Ecuyer de Bretagne ; il appartenoit, en 1590, au Seigneur de Kercolé, qui y avoit de grandes richesses. Le Capitaine la Tremblaye résolut d'en faire son profit, &, dans ce dessein, il assiégea la place ; mais elle fut si bien défendue qu'il fut obligé d'aller chercher fortune ailleurs. En 1675, il y eut dans les environs de Carhaix, comme dans plusieurs autres cantons de la province, des révoltes considérables à l'occasion des nouveaux droits, du papier timbré, du contrôle, &c. on en a des relations bien circonstanciées, qui prouvent quelle fut la fureur des révoltés. Le château de Kergoat fut brûlé, dans le même temps, par les vassaux de M. Trevigni, Seigneur propriétaire de cette belle Terre. Les incendiaires se plaignoient d'une augmentation très-considérable sur leurs redevances, & de l'injustice vraie ou imaginaire de leur Seigneur. Cette action ne demeura pas impunie. Les coupables furent condamnés solidairement les uns pour les autres, à payer de grosses sommes au Seigneur de Trevigni, pour la réparation des dommages qu'ils lui avoient causés. François, de Coëtlogon, Evêque de Quimper, joua un très-beau rôle dans cette affaire. Les coupables s'adresserent à lui, & éprouverent ses bontés : touché de leur repentir, il leur servit de médiateur, & se chargea de leur procuration. Il fit une répartition modérée & réduite, d'une somme de soixante mille livres, qui restoit à payer par les Paroisses où demeuroient les incendiaires. Ce traité fut accepté par M. Henri Barin de Bois-Jaffrai, Curateur du. jeune Seigneur de Trevigni. La Terre & Seigneurie de Ker-goat, haute-Justice, appartient aujourd'hui à M. de Roquefeuille, Lieutenant général des armées navales.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb