accueil bretagneweb              bretagneweb

GRAVURES ANCIENNES SUR SAINT-VOUGAY

LES GRAVURES ANCIENNES PROVIENNENT DE LIVRES SUR LA BRETAGNE ÉDITÉS PENDANT LA SECONDE PARTIE DU 19ÈME SIÈCLE.

gravure

CHÂTEAU DE KERJEAN

bluline - bretagneweb

  MONUMENTS INSCRITS ET CLASSÉS:

      CHÂTEAU DE KERJEAN ET SES DÉPENDANCES - CLASSÉ LE 29 AVRIL 1911

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

SAINT-VOUGAY ; à 3 lieues au Sud-Ouest de Saint-Pol-de-Léon, son Evêché ; à 42 lieues de Rennes ; & à 3 lieues de Lesneven, sa Subdélégation & son ressort. On y compte 1200 communiants : la Cure est présentée par l'Evêque. Le territoire, couvert d'arbres & buissons, produit des grains, du cidre, & du foin ; on y apperçoit des landes assez étendues. La vie de Saint Vougay nous apprend qu'il étoit Irlandais, qu'il vint en Bretagne avec un certain nombre de disciples ; & qu'il vécut dans un Hermitage jusqu'en 585. Ses disciples l'inhumerent, & éleverent sur son tombeau une Chapelle qui lui fut dédiée. Saint Tenenan, septieme Evêque de Saint-Pol-de-Léon, l'érigea en Eglise paroissiale, qui a toujours porté le nom de son Patron.
Le château de Ker-jean, un des plus beaux de la province, est la Seigneurie de la Paroisse & a titre de Châtellenie : il a soutenu des sieges sous les Ducs. Son superbe donjon fut démoli dans le dernier siecle. Au mois de Juillet 1618, cette Terre fut unie aux Châtellenies de Languen, Ker-biguet, Rodalvez, & Trocurum, & érigée en Marquisat en faveur de René Barbier, Seigneur de Kerjean, Chevalier de l'Ordre de Saint-Michel & Gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi, en considération de son ancienne noblesse & pour récompense de ses services. Le Marquis de Kerjean eut de son épouse Marie de Percevaux, Dame d'Honneur de la Reine, un fils nommé François, que la Noblesse du diocese de Saint-Pol-de-Léon choisit, d'une voix unanime, pour son Commandant, Sébastien, son cadet, fut de même élu pour Major. François de Kerjean avoit épousé, en 1619, Catherine de Goësbriand ; & Marie Barbier de Kerjean, épousa ; en premieres noces, Jean, Seigneur de Penhoëdic, &, en secondes noces, Vincent du Louet, Seigneur de Coët-Jonval ; dont elle fut la troisieme femme. De ces mariages sont sortis des Chefs d'Escadre, des Colonels, & autres Officiers dans les troupes du Roi, & des Chevaliers de Malte. Cette maison se trouve enfin réduite à une seule branche dans la personne de Claude-Alain Barbier, Comte de Lescouet, qui quitta le service à la paix de 1748, & se retira dans son château de Kerno au territoire de Tregarantec, près de Lesneven. De son mariage avec Françoise-Perrine le Borgne de Lesquifiou, il lui restoit six fils, dont quatre étoient au service du Roi ; le troisieme étoit Chevalier de Malte, & le sixieme avoit embrassé l'Etat ecclésiastique. Cette nombreuse famille étant morte sans postérité, le Marquisat de Ker-jean tomba dans la maison de Coëtanscour, qui s'éteignit aussi, vers 1769, par la mort d'AlexandreVincent de Coëtanscour. Dans le commencement du quinzieme siecle, le territoire renfermoit les manoirs nommés Ker-ouseré-Bihan, Ker-sauson, le Cloestre, Mangouerée, Trouhern, Ker-navalo, Penfenteniou, Ker-ouaron, Ker-lan, & Ker-maingui.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb