accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

muel        
         

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

GAEL ; sur la riviere de Muhel, & sur la route de Ploermel à Saint-Méen ; à 12 lieues & demie de Saint-Malo, son Evêché à 8 lieues un tiers de Rennes ; & à 3 lieues trois quarts de Plélan, sa Subdélégation. Cette Paroisse a une haute-Justice qui appartient à M. de Montigny, & ressortit au Siege royal de Ploermel. On y compte 3800 communiants, y compris ceux du Bran & de Muhel, ses treves. La Cure est présentée par l'Abbé de Saint-Méen.
En 540, les forêts de Paimpont, de Brécilien, de la Hardoinais, de Moncontour, & de la Nouë, formoient une seule forêt, qui s'étendoit depuis Gaël jusqu'à Corlay, & partageoit la Bretagne en deux parties, dont l'une se nommoit le pays en deçà, & l'autre le pays au delà de la forêt. L'an 600, Caduon, Seigneur de la majeure partie de cette forêt, donna un terrein à Saint-Méen, à condition qu'il auroit élevé un Monastere sur la riviere de Muhel, à peu de distance de son château ; ce que le Saint se hâta d'exécuter. Ce Monastere fut brûlé en 814. On érigea sur ses ruines une Eglise paroissiale, qui fut donnée, l'an 1001, à Hugueton, Abbé de Saint-Méen, par Alain III, fils du Duc de Bretagne Geoffroi I. Depuis ce temps, Gaël a toujours dépendu de cette Abbaye.
La Seigneurie de cette Paroisse appartenoit, en 1065, à Raoul de Gaël, qui, en 1070, passa en Angleterre avec cinq mille Bretons que lui avoit donnés Alain Fergent, Duc de Bretagne, pour aider Guillaume, Duc de Normandie, à conquérir le Royaume d'Angleterre, auquel il étoit appellé par le testament du Roi Edward ou Edouard, mort sans enfants. Harald, qui disputoit le Trône au Normand, lui livra bataille, & fut vaincu. Guillaume, pour récompenser Raoul de Gaël, lui donna les Comtés de Norfolk & de Sussolck, dont la postérité a joui très-long-temps. Les descendants de ce Seigneur se sont toujours distingués dans les armes. Cette illustre famille subsiste encore en Bretagne en la personne de M. le Comte du Largez. ( Voyez Louargat. )
L'an 1192, le Pape Célestin III confirma, à l'exemple de Lucius & Clément, ses prédécesseurs, par une Bulle adressée à Rolland, Abbé de Saint-Méen, son Abbaye dans la possession des privileges & des biens qui lui avoient été donnés en aumône sur l'Eglise de Gaël. On voyoit jadis un fort château qui, après avoir soutenu plusieurs sieges, fut enfin pris, en 1373, par Bertrand du Guesclin, Connétable de France. Il n'en reste aujourd'hui que les masures, avec les traces des fossés.
En 1386, le fief de Pelmorvan, que le Vicomte de Dinan avoit acheté l'an 1180, appartenoit à Raoul, Sire de Montfort.
La Paroisse de Gaël est décorée de plusieurs manoirs & maisons nobles qui appartenoient, en 1420, sçavoir : la Gallonaye, à Jean Desalles ; la Ville-Boschet, à Eon Agan ; le Chêne, à Jean Gouezel ; la Cornilliere, à Dom Jean Relle ; Couetti-bouf, à Pierre Gourhaut ; la Haye-Bellouan, à Jean Bellouan ; la Haye, à Guillaume de la Haye ; la Bouexiere, à Guillaume l'Evêque ; le Plessis-au-Prévost, à Jean le Prévost ; l'Est-nest, à Guillaume Quejau ; le Plellis-Guelier-au-Hereu, à Alain le Prévost ; la Houssaye, à Geoffroi de la Houssaye ; Rosacz, à Philippe des Salles ; la Ville-Raoul, à N. du Vauferrier ; la Touche, à Olivier Anne ; la Noë, à Gilles Bino ; le Haut-fau, à Pierre Lance ; Herran, à Geoffroi de Comper ; Treguern, à Guillaume de la Haye ; le Villeu, à Jean Bourgneuf ; le manoir de la Ville-au-Harang, à Jean le Prévost ; de Conq-Jaillo, à Guillaume Rouxel ; de la Lande, à Olivier de la Lande ; de la Touche, à Gilles Bino ; Dufau & de la Chesnaie-Giffart, à Jean Dufau ; du Val, à Jean Blanchart ; du Clos, à Jean Rouxel ; les maisons nobles du Plessis-Marban, de la Ville-mor-fouacé, du Pont-Quillet, & du Presguel. La Seigneurie de cette Paroisse étoit, en 1470, au Seigneur de Laval. Elle étoit alors presque toute en forêt. Le bois n'y est pas si abondant aujourd'hui. Les terres y sont assez fertiles ; mais il y a beaucoup de landes.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb