accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

indre        
         

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

INDRE ; au bord de la rive droite de la Loire ; à 2 lieues un tiers de Nantes, son Evêché & sa Subdélégation ; & à 22 lieues un quart de Rennes. La Cure-Prieuré est présentée par l'Abbé de Bourg-Dieu. La Paroisse a une haute-Justice, qui appartient à M. le Prieur, & ressortit au Présidial de Nantes. On y compte 300 communiants, & deux Confrairies, celle de Toussaint & celle de Sainte-Catherine. Ce territoire est composé de trois petites isles, formées par les eaux de la Loire, qui sont la haute & basse Indre, & l'isle d'Indret : les pâturages y sont excellents, & les terres abondantes en grains, vins, & foin.
Deux catalogues manuscrits, l'un du onzieme & l'autre du douzieme siecle, de la Bibliotheque de la Reine Christine de Suede, disent que Saint Pasquier, Evêque de Nantes en 630, fonda & bâtit, environ le même temps, le Monastere d'Indre, mais que ce fut Agathé, Comte & Evêque de Nantes en 680, qui y plaça, l'année suivante, des Moines Bénédictins, qu'il avoit demandés à Albert, Abbé de Fontenelle. Ce Monastere fut ravagé, le 24 ou 25 Juin 843, par les Normands, qui descendoient la Loire après avoir saccagé la ville de Nantes. ( Voyez Nantes, année 843. )
Budic, fils de Judicaël, Comte de Nantes, en 1005, fit bâtir un château dans l'isle d'Indre, dans lequel le mariage de Judith, sour de ce Prince, avec Alain Caignard, Comte de Cornouailles, fut célébré l'an 1026. ( Voyez Nantes. ) Les monuments que l'on voit dans cette isle sont les ruines du château de Budic & non du Monastere, comme le prétendent quelques-uns. En 1420, ce territoire ne renfermoit que des vignes & des prairies, sans aucunes terres en labeur. Le Prieur d'Indre y possédoit alors des biens considérables : on y voyoit les maisons nobles de la Riviere d'Indre, à Thébaud de la Riviere, qui y possédoit aussi la métairie de la Prévôté ; la Riviere-Bourdin & la métairie de les Luaiche, à Pierre Rimbault ; la Salmonnays, à Guillaume le Pagaz ; l'hôtel de Lavallée, à Jean de Lavallée ; le domaine de la Haye, à Thébaud de la Haye ; l'hôtel Duval & le domaine de Launaye, à Olivier Rouxel ; l'hôtel de l'Epinay, à Jean de la Serriere ; l'hôtel du Bourg Saint-Sulpice, à Guillaume Guerin, Monnoyeur, ennobli par grâce du Duc, l'hôtel de Champeaux, à Pierre du Breil ; l'hôtel de la Brueciere, à Gilles Texier ; l'hôtel de la Piloutiere, à Jean Yvon, qui possédoit aussi la métairie de la Mare ; l'hôtel de la Sablonniere, à Marc de Fercé ; le château d'Indret, au Duc de Bretagne, qui y avoit un métayer ; l'hôtel du Bourg, à Olivier Barlagat, Châtelain de Vitreau ; & la métairie du Beauvoir, à Jean de la Motte. De toutes les maisons & métairies nobles ci-dessus, on ne connoit plus aujourd'hui que le château d'Indret.
En l'an 1594, le Duc de Mercour fit rétablir le château d'Indret, où ce Prince se plaisoit beaucoup. On voit un hermitage, situé à environ deux cents toises du château, dans lequel il alloit souvent, dit-on, faire des méditations. On forma le dessein, en 1597, d'enlever ce Duc lorsqu'il iroit à son hermitage ; mais il découvrit ce projet, & prit des précautions qui le firent échouer.
En l'an 1642, le Roi donna à N........ de Guenouville le fief du Pont-en-Vertais avec la prairie de Biesse, & reçut en échange l'isle d'Indret, qui, depuis ce temps, a toujours été du domaine royal.
Les Missionnaires de Saint-Laurent, connus sous le nom de Mulotins, viennent de faire bâtir une maison à Indre, pour y faire leur résidence.
On est aujourd'hui à construire, dans l'isle d'Indret, une fonderie de canons, que Sa Majesté y veut établir.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb