accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

masserac        
         

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

MASSERAC ; dans un fond, à peu de distance des rivieres de Vilaine & du Don ; à 12 lieues trois quarts au Nord-Nord-Ouest de Nantes, son Evêché & son ressort ; à 11 lieues un tiers de Rennes ; & à 2 lieues trois quarts de Redon, sa Subdélégation. On y compte 900 communiants : la Cure est à l'Ordinaire. La Chapellenie de Jean Cascouet est présentée par l'Evêque. Le Prieuré de Masserac a une haute-Justice, qui appartient au Prieur-Recteur de cette Paroisse.
Saint Benoît de Masserac obtint d'Alanus ou Almanus, Evêque de Nantes, l'an 801, & de Gondebaut, Comte de Nantes, la permission de demeurer à Masserac : il y finit ses jours le premier Octobre 845. Son corps fut porté dans la suite à Saint-Sauveur de Redon, où il est encore conservé. On édifia une Eglise dans l'endroit où étoit l'Hermitage de ce Bienheureux ; & les habitants du lieu le prirent pour leur Patron.
L'an 888, Querak, fils du Duc Alain le Grand, tomba malade au bourg d'Alaire. Son pere, qui craignoit de le perdre, le fit transporter à l'Abbaye de Saint-Sauveur de Redon, & le recommanda aux prieres des Moines. On rapporte que ces Moines n'eurent pas plutôt commencé leurs oraisons, qu'une sueur abondante sortit du corps du malade, qui, dans peu de jours, fut entiérement guéri. Le Duc, pénétré de reconnoissance, donna à Fulcherius, Abbé de Saint-Sauveur, & à ses Moines, pour eux & leurs successeurs, le domaine qu'il avoit dans la Paroisse de Masserac, par acte du 8 Novembre de la même année. Depuis ce temps, ces Religieux ont été Seigneurs de la Paroisse.
L'an 1064, Quiriac, Evêque de Nantes, confirma la possession de cette Eglise à Almodius, Abbé de Saint-Sauveur de Redon, & lui accorda, en outre, son droit de sacrilege sur les vassaux, & la moitié du même droit sur les non-vassaux de la Paroisse. Le sacrilege est ce qu'on appelle aujourd'hui cas réservés. L'acte passé à ce sujet, fut signé en présence de l'Evêque, du Consul, des deux Archidiacres, de deux Prêtres, & de deux Moines.
L'an 1108, Gautier, Abbé de Redon, obtint du Duc Alain IV, des lettres qui exemptoient les habitants de la Paroisse de Masserac d'aller à la corvée au château de Blain, que ce Prince faisoit bâtir alors.
Ce territoire, arrosé de la Vilaine & du Don, renferme des terres en labeur & de bonnes prairies ; mais à l'Est & au Sud du bourg sont des landes très-étendues, dont le sol paroît excellent. Les habitants manquent-ils de courage ou d'aisance ?
La maison noble de la Bellinaye appartenoit, en 1400, à Renaud Gaschot.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb