accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

saint-hilaire de chaleons        
         

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

SAINT-HILAIRE-DE-CHALÉONS ; à 6 lieues à l'Ouest-Sud-Ouest de Nantes, son Evêché & son ressort ; à 27 lieues de Rennes ; & à 2 lieues un tiers de Bourgneuf, sa Subdélégation. On y compte 1000 communiants : la Cure est à l'Ordinaire. M. le Marquis de Juigné, Seigneur de la Paroisse, a les prieres nominales, & présente un Bénéfice, nommé de Saint-Laurent, desservi dans cette Eglise. Le territoire est, en général, très-fertile en froment, & bien cultivé ; il produit aussi du vin de médiocre qualité. La rareté des prairies & des fourrages occasionne celle du bétail nécessaire pour la culture, & du fumier qui sert à engraisser les terres. Les agriculteurs sont obligés d'aller à deux lieues & plus chercher des engrais, qu'ils ne conduisent qu'avec beaucoup de peine par des chemins de traverse ; chemins impraticables pendant la moitié de l'année. Ces difficultés sont un obstacle très-préjudiciable aux progrès de l'agriculture & du commerce ; & il seroit à desirer que ceux qui ont l'autorité en main, ou la faculté de faire le bien, employassent les moyens convenables pour donner aux habitants de ces cantons la facilité de se livrer au commerce.
Le pays de Retz est, sans contredit, le meilleur de la Bretagne, le plus fertile, & le plus riant dans la belle saison ; & un des plus grands biens qui pût arriver à la ville de Nantes, & même à tout le Comté Nantais, seroit de lui ouvrir des communications avec ce Duché. C'est de là que l'on tireroit une partie des grains nécessaires pour la consommation de cette ville ; & les habitants de ce canton fertile, trouvant un débouché libre, prompt, & lucratif de leurs denrées, augmenteroient d'activité, & feroient de leur pays un nouveau Pérou. Ce n'est point exagérer, & nous en appellons hardiment à tous ceux qui connoissent le local : ils ne nous contrediront certainement pas. Pour tirer de ce pays tous les avantages qu'il semble promettre, il faudroit d'abord commencer par rendre les chemins de traverse plus commodes, soit en creusant des banquettes des deux côtés, soit en les exhaussant, ou en détournant le cours des eaux qui les inondent. Il seroit aussi très-facile de faire des prairies artificielles, pour suppléer aux prairies naturelles qui manquent en ce pays ; & même la disposition du terrein fait espérer que l'on en pourroit former de très-bonnes de l'une & de l'autre espece. Enfin, on pourroit exécuter un canal, déja tracé par la nature & en partie formé par elle, dans les marais qui viennent aboutir assez près du bourg de Saint-Hilaire-de-Chaléons & de celui de Chemeré, & qui continuent jusqu'à l'étier de Haute-Perche, qui conduit à Pornic. Par-là, tout ce pays auroit une communication libre avec Nantes par la riviere du Tenu, & avec la mer par Pornic. Rouans, Sainte-Pazanne, Saint-Hilaire-de-Chaléons, Chemeré, Arton, Chauve, Prigné, le Bourg des Moutiers, le Clion, & même Pornic, prendroient une nouvelle existence. Cette derniere ville, quoique située sur les bords de la mer, en retireroit un grand avantage, tant parce que son port seroit plus fréquenté, que parce qu'elle ne seroit plus exposée à faire voiturer ses denrées par mer ; exportation toujours dangereuse & en même temps très-coûteuse. On épargneroit, par ce moyen, les frais de transport, qui absorbent une partie des profits du laboureur, & le laissent dans son indigence & sa paresse. Car, il faut le dire, malgré la fertilité du sol, il s'en faut bien que le Duché de Retz soit exactement cultivé : on y remarque encore beaucoup de terres incultes. En temps de guerre, ce canal offriroit un autre avantage. Les navires, battus par la tempête, ou poursuivis par l'ennemi, auxquels les vents ou la poursuite ne permettroient pas d'entrer dans la Loire, pourroient s'y réfugier, & de là envoyer à Nantes, par le nouveau canal, leurs marchandises sans aucuns risques. Il y a dans ce bourg un ruisseau très-petit, qui a flux & reflux, quoiqu'il n'ait aucune communication visible avec la mer, qui s'en trouve éloignée de trois lieues.
En 1400, Jean Resignant permuta, du consentement de l'Evêque de Nantes, sa Cure de Chaléons avec la Chapellenie de Saint-Martin, desservie dans l'Eglise Collégiale de Nantes par Jean Robin. Si la Cure de Saint-Hilaire valoit alors ce qu'elle vaut aujourd'hui, Jean Robin ne perdoit pas au change, puisque cette Cure vaut dix mille livres. Le Bois-Rouaud, Maubusson, Ville-Morice, Hunaudais, Sicaudais, & Vue, forment une moyenne-Justice, qui appartient à M. le Marquis de Juigné : le Marais de la Salle, moyenne-Justice, à M. Charette de Bois-Foucaud ; la Basse-Ville, moyenne-Justice, à M. Montaudouin. L'Ordre de Malte & l'Abbaye de Busai possedent des domaines & des dîmes dans cette Paroisse. Le Duché de Retz y a aussi des fiefs.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb