accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

saint-sebastien sur loire        
         

bluline - bretagneweb

  MONUMENTS INSCRITS ET CLASSÉS:

      CHAPELLE DE LA SAVARIÈRE - INSCRIT

      FOLIE DE LA GIBRAYE - INSCRIT ET CLASSÉ

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

SAINT-SÉBASTIEN ; sur une hauteur, au bord de la rive gauche de la Loire ; à 1 lieue à l'Est de Nantes, son Evêché sa Subdélégation, & son ressort ; & à 23 lieues de Rennes. L'Eglise de cette Paroisse releve du Roi, & compte 5000 communiants : la Cure étoit présentée autrefois par l'Abbé de Saint-Jouin, mais, depuis quelques années, la collation en a été remise à l'Evêque diocésain. Le territoire s'étend jusqu'aux portes de Nantes, & renferme une partie du fauxbourg de Pirmil & tout le fauxbourg de Saint-Jacques, où est situé le Prieuré de ce nom, habité par des Bénédictins. Les terres sont très-bien cultivées & produisent du froment, du seigle, du vin de médiocre qualité, & beaucoup de foin.
Dans une enquête de 1206, on lit : que le Prieuré de Pirmil formoit une Communauté de Religieux de la dépendance de l'ancienne Abbaye de Vertou, mais on en ignore la fondation. Le nom de Saint-James, qu'il portoit plus anciennement, feroit croire qu'il doit sa fondation à quelques Seigneurs Anglais. L'Eglise, tombant de vétusté, fut rebâtie, sur la fin du quinzieme siecle, par Thomas James, Evêque de Dol. On voit les armes de ce Prélat au dessus de la porte, avec cette inscription, en lettres capitales :
Révérend Pere en Christ, Thomas, Evêque de Dol,
Prieur perpétuel, Commendataire de Saint-Jacques, Apôtre,
A rétabli, dès les fondements, avec grande diligence,
Cette Eglise qui, de jour à autre, menaçait de tomber.
L'an du salut 1484.
Ce Prélat consacra aussi, le 16 Mars 1499, l'Eglise de Saint-Sébastien, comme le prouve l'inscription qu'on voit au dessus de la porte de la Sacristie de cette Eglise. Celle de Saint-Jacques, autrefois paroissiale, n'est plus qu'une succursale, depuis qu'elle a été réunie à Saint-Sébastien, en faveur des Moines qui depuis n'ont plus qu'un Prêtre à payer : ce qui prouve que l'Eglise de Saint-Jacques fut autrefois Paroisse, sont les fonts baptismaux qui paroissent un reste de l'ancienne Eglise, tant ils sont anciens.
La peste qui désola Nantes en 1500, porta les habitants à faire un vou à Saint-Sébastien. On y fit une procession, à laquelle on porta une bougie qui faisoit tout le tour de la ville par sa longueur. La Communauté de ville s'obligea, par son vou, à aller, tous les ans, le 20 Janvier, jour de la fête du Saint, à l'Eglise de Saint-Sébastien, où elle recevroit la sainte Eucharistie. Cette dévotion se fit pendant cent cinquante ans. Toutes les Paroisses de la ville & de la campagne avoient la plus grande dévotion à Saint Sébastien : elles y alloient processionnellement, & y portoient des cierges. La Paroisse de Saint-Nicolas en donnoit un du poids de quatre-vingt livres : il servoit toute l'année ; &, quand il étoit fini, on en portoit un autre & on prenoit ce qui restoit de l'ancien. Cette cérémonie étoit brillante : le cierge étoit placé sur une gabarre à laquelle il servoit de mât, & étoit accompagné de tout le Clergé & d'un nombre infini de peuple.
Le 21 Octobre 1570, un parti de Calvinistes parut à Saint-Sébastien ; mais le canon du château l'obligea de se retirer au plus vite. C'étoit alors le Curé de Saint-Sébastien qui nommoit & présentoit le Diacre de l'Eglise Cathédrale : nous ne sçavons comment il avoit acquis ce droit & comment il l'a perdu. L'arche ou pont de la Grezilliere, en Saint-Sébastien, fut bâti, l'an 1624, aux frais de la Communauté de ville de Nantes. Le 20 Janvier 1659, cette Communauté fit présent à l'Eglise de Saint-Sébastien d'un ornement de satin verd doublé de taffetas incarnadin, garni de galons & de dentelles d'or & d'argent : le tout coûta une somme de huit cents vingt-six livres. Le 15 Avril 1726, la Communauté de ville arrêta de procéder à l'adjudication de l'ouvrage pour la réparation de l'autel de Saint-Sébastien dans l'Eglise paroissiale de ce nom ; autel qu'elle s'étoit obligée de réparer par le vou solemnel de l'an 1500, qui avoit été approuvé par le réglement du Conseil du Roi, l'an 1681. En conséquence, la premiere pierre pour cette réparation fut posée, au nom de la Ville de Nantes, le mercredi 5 Juin 1726, & on mit, dans les fondations, plusieurs jetons de bronze aux armes de la Communauté. Le territoire de Saint-Sébastien renferme les maisons nobles de la Patouillere, des Jaunais, de la Sivelliere ; Ses-maisons, haute-Justice, à M. de Ses-maisons ; & le Prieuré de Pirmil, haute-Justice, aux Bénédictins de Saint-Jacques.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb