accueil bretagneweb              bretagneweb
HISTOIRE DE SAINT‑BRIEUC

Histoire de la ville de Saint-Brieuc

 

— Saint-Brieuc avant période romaine (avant -57 avant Jésus-Christ):

L'emplacement de la ville actuelle de Saint-Brieuc est situé sur le territoire des Coriosolites et en lisière du territoire des Osismes d'après la carte des peuples gallo-romains de Bretagne communément accepté.

histoire de saint-brieuc
Carte des peuples gallo-romains de Bretagne couramment acceptée avec la rivière le Gouët comme frontière entre les Coriosolites et les Osismes

(cartes des différentes frontières des peuples gallo-romains)

 

— Saint-Brieuc pendant la période romaine (-57 avant Jésus-Christ - vers 410):

Il semblerait qu'avant le 6ème siècle il n'y avait pas de début de ville à l'endroit où s'élève aujourd'hui Saint-Brieuc et que les gallo-romains s'étaient bornés à créer un marché près du castrum de Cesson.

 

— Saint-Brieuc au temps des mérovingiens et des carolingiens:

Le nom de la ville de Saint-Brieuc vient du nom d'un moine gallois nommé Brieuc (Brioc, Briocus, Brioccius) qui vécut selon certains historiens au 5ème siècle comme Jules Lamare qui donne dans son histoire de Saint-Brieuc de 1884 la date de 465 pour l'arrivée de Brieuc en Armorique, mais les historiens actuels repoussent d'un bon siècle l'arrivée de Brieuc dans la région du Turnegouët soit entre 550 et 600. Le futur saint fonda à la fin de sa vie un monastère à l'emplacement de l'actelle cathédrale ou tout proche.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Statues de Saint Brieuc

D'après des manuscrits tardifs des 11ème au 13ème siècles (dont la chronique de Saint-Brieuc (vita brioci de 1050, qui retrace la vie du saint), Brieuc de parents païens du Pays de Galles aurait débarqué avec quelques moines dans le Léon où il fonda le monastère de Tréguier, reprenant la mer avec ses compagnons vers la Domnonée il remonta le fleuve du sang (flumen quod vocatur sanguis actuel Gouët) et s'installa près d'une source devenue ensuite la fontaine Saint-Brieuc comblée à la fin du 19ème siècle (l'actuel fontaine Saint-Brieuc anciennement fontaine Notre-Dame est situé à environ 60 m. de la source originelle)1.

Brieuc retrouva son cousin Riwall qui s'était installé quelques années auparavant à Ploufragan, ce dernier lui donna un terrain appelé Champs du Rouvre (aula roboris) ainsi que tout le territoire entre l'Urne et le Gouët (Turnegouët).

Sur l'emplacement de la fontaine le futur saint et ses compagnons construisirent un oratoire et au Champ du Rouvre un monastère (emplacement de la cathédrale actuelle ou très proche), entre les deux lieux au fil des ans des maisons s'édifièrent et ce fut le point de départ de la ville, il est à noter que ce quartier avec ses noms de rues anciennes à conservé les plus vieilles maisons de Saint-Brieuc.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Fontaine Saint-Brieuc (photos et cartes postales)
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

À partir du début du 5ème siècle de nombreux Bretons insulaires principalement Cornouaillais et Gallois sont repoussés à l'ouest de leur île par les Angles, Saxons et Jutes, cela pousse un bon nombre d'entres eux à traverser la Mor Breizh (la Manche) pour rejoindre les Armoricains avec qui ils ont une grande proximité aussi bien culturelle, linguistique et religieuse.

histoire de vannes
Carte des migrations des Bretons insulaires aux 5ème et 6ème siècles vers le continent et particulièrement le nord de l'Armorique dans la future Bretagne, Brieuc et ses compagnons étaient du nombre

Parmis les Bretons insulaires il y avait de nombreux religieux qui deviendront des saints bretons, parmis eux il y a Saint Brieuc (Saint-Brieuc), Saint Pol Aurélien (Saint-Pol de Léon), Saint Malo (Saint-Malo), Saint-Samson (Dol de Bretagne) et Saint Tugdual (Tréguier) tous natifs du Pays de Galles, pour Saint Patern (Vannes) il y un doute sur le lieu de sa naissance soit le Pays de Galles ou la Bretagne, Saint-Corentin (Quimper) est originaire de Bretagne. Ces 7 saints sont connus comme les saints fondateurs de la Bretagne.

histoire de saint-brieuc
Carte des 7 saints fondateurs de la Bretagne avec Saint-Brieuc parmi eux

La Domnonée avait aux 6ème et 7ème siècle comme ville importante la Corseul gallo-romaine et aussi l'embrion de la ville de Saint-Brieuc.

histoire de vannes
Carte de Bretagne aux 6ème et 7ème siècles avec l'embrion de la ville de Saint-Brieuc en Domnonée, Nantes en Neustrie et Rennes disputé entre Francs de Neutrie et Bretons

La chronique de Redon (milieu du 12ème siècle) indique que le roi breton Nominoë après sa victoire contre le roi franc Charles le Chauve en 845 à Ballon élèva Saint-Brieuc comme siège épiscopal en 849 avec six autres villes, les textes étant rares pour cette époque il faut retenir la création de l'évêché briochin entre 849 et 990 où il est attesté avec certitude dans un charte de Conan le Tort.

Les dévastations normandes durèrent de 860 à 950, une bataille entre les Normands et le duc Alain Barbetorte se déroula probablement vers 940 tout près de Saint-Brieuc au camp normand de Péran (vitrification du camp au Xème siècle et monnaie viking de 920 trouvée sur place ), le duc Alain Barbetorte sortie victorieux de la confronation.

En plus du camp viking de Péran à Plédran il y avait peut-être aussi un autre camp viking vers la pointe de l'actuel tour de Cesson.

histoire de saint-brieuc
Carte des invasions vikings au 9ème et 10ème siècles en Bretagne avec le camp viking de Péran à Plédran près de Saint-Brieuc

 

— Saint-Brieuc du 11ème au 13ème siècle:

carte de saint-brieuc

En 1079 ou 1080 le comte de Penthièvre Eudes (frère du duc de Bretagne Alain III) fut enterré dans l'antique cathédrale, le commencement de la construction de la cathédrale actuelle date de 1180, elle durera sous plusieurs épiscopats dont celui de l'évêque Pierre (1208-1212) qui ramena d'Angers en 1210 les reliques de Saint-Brieuc et surtout celui de l'évêque Guillaume Pinchon (1220-1234), futur Saint-Guillaume.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

Plan de la cathédrale Saint-Étienne
Sceau du chapitre de la cathédrale Saint-Étienne
Armes de l'évêché de Saint-Brieuc

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc (photos et cartes postales)
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
           
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
Carte des cathédrales bretonnes dont la cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc

La cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc est une étape du Tro Breiz, un pélerinage pour voir les reliques des 7 saints fondateurs de la Bretagne, Sain Brieuc, Saint Corentin, Saint Malo, Saint Patern, Saint Pol Aurélien, Saint Samson et SaintTugdual, les premièrs pélerinages semblent dater du 10ème siècle voire du 9ème siècle.

 

— Saint-Brieuc du 14ème siècle à la perte de l'indépendance bretonne en 1491:

Pendant la guerre de succession de Bretagne de 1341 à 1365 entre Jean de Montfort et Charles de Blois pour le titre de duc de Bretagne, Saint-Brieuc eut à subir plusieurs attaques dont celles de 1341 et de 1346.

Jean de Montfort devenu le duc de Bretagne Jean IV en 1365 assiège pendant 15 jours Saint-Brieuc en 1375 avec l'aide des Anglais et finissent par réussir à rentrer en minant un pan de remparts.

En juin 1394 Ollivier de Clisson après sa rébellion contre le duc Jean IV mis le siège devant la cathédrale-forteresse et réussit à la prendre à demi en ruines en juillet 1394, peu de temps avant sa mort et pris de remords Ollivier et sa famille léguèrent de fortes sommes d'argent pour restaurer la cathédrale et construire une nouvelle chapelle Notre-Dame de la Fontaine reconstruite entre 1852 et 1856.

Vers 1395 est construite la tour de Cesson sur ordre du duc de Bretagne Jean IV, la tour est bâtie sur l'emplacement d'un castrum romain puis semble t-il d'un château fort du 11ème ou du 12ème siècle car à la mort du duc breton Geoffroy son fils Eudon s'installe au castrum de Cesson. Pendant la guerre de la ligue la tour de Cesson prend une grande importance de 1591 à 1598, elle passe du royaliste du Liscoët au prince de Dombes puis au duc de Mercœur et après un siège elle est prise par le comte de Brissac. Elle est en minée à la toute fin du 16ème siècle mais seul une partie s'écroule.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Tour de Cesson dans l'ancienne paroisse de Cesson, actuellement à Saint-Brieuc (photos et cartes postales)

Les impôts excessifs du duc Jean V, provoquèrent une révolte des Briochins en 1406 qui fut réprimée de façon brutale par le comte de Richemont.

Au 15ème et 16ème siècle, il existait à Saint-Brieuc d'autres chapelles comme celles de Saint-Père, de Saint-Jouan, de Saint-Armel, de Saint-Gilles, de Notre-Dame de Beaulieu, de l'hôpital de Gouédic et bien sûr de Saint-Michel (appelée aussi église) dont la plus ancienne mention est de 1362.

histoire de saint-brieuc

Les cordeliers de Saint-Brieuc s'installent probablement vers le milieu du 15ème siècle en occupant d'abord une ancienne maladerie avant la construction de bâtiments et d'une église dont la première pierre est posée en 1504, l'emplacement se trouve sur un vaste terrain dont l'actuel collège le Braz ne représente qu'une petite partie.

Vers 1470 la chapelle Saint-Michel qui datait probablement du XIIIème siècle (la plus ancienne mention est de 1362) est reconstruite et agrandie, elle possédait un cimetière sur son devant et sa droite.

La chapelle ou église servira jusqu'en 1835 date où sa démolition est décidée pour cause de vétusté, son cimetière est transféré à environ 250 mètres en bordure de la vallée de Gouédic.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

Grille du 18ème siècle de l'ancien cimetière Saint-Michel et actuellement au nouveau cimetière

 

— Saint-Brieuc de 1491 à la révolution française de 1789:

La duchesse Anne de Bretagne décide de se rendre à Notre-Dame du Folgoët suite à un vœu pour la guérison de son mari le roi Louis XII, elle en profitera pour faire une sorte de tro-breiz en visitant une grande partie des villes de son duché à partir de fin juin ou début juillet 1505 et voir les chers Bretons dont elle espérais encore préserver l'indépendance en mariant sa fille et héritière Claude avec le futur Charles Quint mais l'histoire en décida autrement. Anne de Bretagne devra abréger son voyage sur demande de son mari et quitter son duché fin septembre 1505, elle ne put visiter Saint-Malo, Dol et Rennes.

La première étape importante du voyage d'Anne de Bretagne sera pour Nantes sa ville natale où elle reçu un acceuil enthousiaste de la part des Nantais le 8 juillet 1505, des navires décorés pour l'occasion et des ménestrels avaient été prévus pour la distraire, ensuite Vannes où elle prie Saint-Patern, ensuite le Folgoët but du voyage où elle invoque Notre-Dame du Folgoët, Brest où elle désire voir le vaisseau de 200 canons "la Cordelière " dont elle était la marainne, Saint-Jean du Doigt où elle demande à pouvoir appliquer le doigt de Saint-Jean sur son œil malade, ensuite Morlaix où son arbre génélogique fait de personnages vivants lui est présenté et une vraie hermine donnée dont un mouvement brusque provoqua une petite peur de la duchesse avant que Pierre de Rohan lui dise "que craignez-vous madame? ce sont vos armes", Tréguier où elle se receuille sur le tombeau de Saint-Yves, après Guingamp Anne de Bretagne arrive à Saint-Brieuc où un receuillement sur le tombeau de Saint-Brieuc ést probable pour cette duchesse très croyante mais pas certain car peu de renseignement sur son passage dans la ville ont traversé les siècles, ensuite Lamballe et le château de la hunaudaye puis la duchesse arrive à Dinan par la porte de Brest démolie depuis, il est probablement que lors de son séjour à Dinan elle reçu un émmissaire de son mari le roi Louis XII pour lui demander de rentrer en France.

De nombreuses maisons où la duchesse à couché ou aurait couché porteront ensuite le nom de "maison de la duchesse Anne".

bretagne gallo-romaine
Carte de l'itinéraire empreinté par la duchesse Anne de Bretagne en 1505

Saint-Brieuc a conservé quelques maisons des 15ème, 16ème et 17ème siècle aux environs proches de la cathédrale Saint-Étienne notamment dans la rue Fardel avec la maison le Ribeault et l'hôtel du Chapeau Rouge, place Louis Guilloux, rue Saint-Gouéno avec l'hôtel de la Duchesse de Rohan, rue Pohel, rue Quinquaine, rue Notre-Dame, rue Saint-Jacques, rue Houvenagle, place du Martray, rue de Gouët avec la maison de la Barrière, rue Maréchal Foch et rue Saint-Pierre.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

Place Louis Guilloux
Place du Martray
Rue de Gouët, maison de la Barrière
Rue Maréchal Foch
Rue Fardel, hôtel du Chapeau Rouge
Rue Saint-Gouëno, hôtel de la Duchesse de Rohan
Vieux Saint-Brieuc (photos et cartes postales)
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Rue Fardel, maison le Ribeault
Rue Saint-Pierre
Place du Martray
           

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

Rue Fardel

Pendant la guerre de la ligue de 1585 à l'édit de Nantes en 1598 la ville de Saint-Brieuc est prise en 1589 par les troupes du duc de Mercœur (représentant de la ligue en Bretagne) puis en 1591 par le prince de Dombes (représentant le roi) et de nouveau par les ligueurs en 1592. Durant cette guerre la cathédrale a été saccagée et des archives irremplaçables furent détruites.

La première imprimerie briochine s'installe en 1620, elle sera dirigée pendant des siècles par les familles Doublet puis Prud'homme, elle disparait au début du 21ème siècle.

histoire de saint-brieuc

L'évèque André le Porc de la Porte pour promouvoir l'instruction des jeunes filles décide les premières installations de couvents féminins dans sa ville épiscopale, en 1624 les Ursulines avaient été autorisées à s'installer sur un terrain qui deviendra bien plus tard le Champs de Mars, il est à noter que la caserne qui remplaça le couvent prit le nom de caserne des Ursulines avant sa démolition en 1966, en 1625 c'est au tour des Bénédictines du Calvaire nommées aussi Dames du Calvaire de s'établir côté pair de la rue Saint-Benoit entre les remparts toujours présents à l'époque rue des promenades et le bas de la rue Saint-Guillaume.

Du 14ème siècle à la révolution Saint-Brieuc est une ville moyenne au même titre que Lamballe, Saint-Malo Guingamp et Dinan, elle se caractérise comme Lamballe par sa forte densité de familles nobles telles que les Boisboissel, le Mintier, Turnegouët, le Nepvou et Gourio.

carte de saint-brieuc

Le plan présenté ici montre une ville de Saint-Brieuc au début du 17ème siècle, il faut noter que son orientation indique le nord au sud-ouest. Les bâtiments importants existants toujours de nos jours sont la cathédrale Saint-Étienne, la fontaine Notre-Dame ou Saint-Brieuc (rue Ruffelet), le manoir de Quicangrogne et l'hôtel de Rohan. Les bâtiments ayant été reconstruits aux mêmes emplacements sont l'église Saint-Michel rebatit à environ 50 mêtres à l'est-nord-est de l'ancienne église, la chapelle Saint-Guillaume en remplaçant une collégiale Saint-Guillaume et la basilique Notre-Dame d'Espérance sur le lieu d'une chapelle Saint-Père. Les bâtiments disparus de nos jours sont la porte Saint-Guillaume en haut de la rue de Gouédic côté ville, la porte Thomasse en bas de la rue de la Gare vers la Providence, la porte Morlaise en haut de la rue Fardel, les Ursulines vers la place Allende, les Cordeliers vers la bibliothèque et le collège le Braz, les Dames du Calvaire au croisement de la rue Saint-Benoît et de la rue Saint-Guillaume, les Dames de la Croix rue Notre-Dame au niveau de la rue Kuster, l'hôpital de la Magdelaine entre la place Glais-Bizoin et la rue Maréchal Foch, l'hôpital Saint-Gilles vers la rue Saint-Gilles, le séminaire (ou maison de la Grenouillère) vers la rue Michelet, les potences vers la rue Sarah Bernhardt, des remparts approximativement avenue de la Libération et avenue des Promenades, un moulin à vent près de la Croix de Santé et un autre vers la rue Lammenais. Le cimetiére de Saint-Brieuc se trouvait au sud-ouest de l'église Saint-Michel et possédait une chapelle des Amorgants.

carte de saint-brieuc
carte de saint-brieuc
carte de saint-brieuc

Dans son histoire plusieurs épidémies toucheront Saint-Brieuc comme en 1563 puis des épisodes pesteux de 1601 à 1632 et en 1735, le choléra en 1832. Pendant les 20 années précédent la révolution de 1789, il y eut des épidémies de variole, dysenterie, typhus et grippe au point que de nombreuses années les décès dépassaient nettement les naissances. Les années 1659, 1670, 1674, 1676 et de 1694 à 1720 furent des années de disette.

La franc-maçonnerie moderne arrive en 1765 à Saint-Brieuc avec la création d'une loge maçonnique qui prend le nom de la Vertu Triomphante, son premier vénérable (maître de la loge) est le chevalier de Palasne de Champeaux, de nombreux membres de la famille noble des Saulnier feront partie de la loge ainsi que Jean François Pierre Poulain-Corbion futur maire de la ville, la loge arrête toute activité en 1830. Une autre loge est créée au 18ème siècle à Saint-Brieuc en 1799, il sagit de la loge militaire l'Égalité Triomphante, cette création est faite sous l'impultion de la Vertu Triomphante qui avait beaucoup de militaires dans ses rangs.

histoire de la bretagne
Carte des loges maçonniques en Bretagne au 18ème siècle dont 2 à Saint-Brieuc
 
histoire de la bretagne
histoire de la bretagne
Carte des loges du Grand Orient de France en Bretagne de nos jours
Carte des loges de la Grande Loge de France en Bretagne de nos jours

 

— Saint-Brieuc pendant la révolution française de 1789 et le 1er empire:

Au moment où la révolution de 1789 éclate, Jean François Pierre Poulain Corbion est maire de Saint-Brieuc depuis 9 ans, il est le chef du mouvement révolutionnaire et il sera élu député breton cette même année 1789. Après son départ la charge de maire devait revenir à Prudhomme, un conservateur, mais Bagot, un révolutionnaire, réussit à s'imposer et pour asseoir son pouvoir sur la ville, il prend le contrôle du judiciaire ce qui lui permet d'emprisonner ses opposants politiques, il sera élu maire en février 1790 par 762 citoyens dit actifs car ils ont un certain revenu. Dès 1792, les habitants de Saint-Brieuc qui avaient dans leur majorité accueilli avec bienveillance la révolution commencent à se poser des questions en voyant les prix augmenter et la répression religieuse s'intensifier, cette hostilité passive se concrétise par une participation électorale qui tombe à 14%. Le 5 brumaire an VIII (27 octobre 1799), 13 jours avant le coup d'état de Napoléon Bonaparte, des Chouans s'emparent de Saint-Brieuc par surprise, parmi les victimes se trouve l'ancien maire Poulain Corbion.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Cathédrale Saint-Étienne et statue de Poulain-Corbion, fondue par les Allemands
Plaque sur Poulain-Corbion sur un mur de la cathédrale Saint-Étienne
Statue de Poulain-Corbion, fondue par les Allemands
(photos et cartes postales)
(photos)
(cartes postales)

Durant la période révolutionnaire Saint-Brieuc s'est agrandie de tout Cesson et d'une partie de Trégueux mais sans obtenir la rive plérinaise du Légué.

En novembre 1789 un autre découpage avec une variante divisait la Bretagne en 6 départements mais ils ne furent pas retenus en partie à cause des représentants rennais qui souhaitaient obtenir une façade maritime pour leur futur département d'Ille et Vilaine. Avec ce découpage les villes de Dinan ou Saint-Malo auraient pu devenir chef-lieu de département ainsi que Morlaix ou Landerneau. Saint-Brieuc et Rennes sont les grands gagnants de l'abandon de ce découpage pourtant la population bretonne aurait justifié 6 départements.

histoire de la bretagne
Carte de Bretagne avec un découpage de la Bretagne en 6 départements, Saint-Malo ou Dinn auraient put devenir une préfecture au détriment de Saint-Brieuc
 
histoire de la bretagne
Carte de Bretagne avec un découpage de la Bretagne en 6 départements, Saint-Malo ou Dinn auraient put devenir une préfecture au détriment de Saint-Brieuc

Le nouveau découpage administratif de la France décidé au début de la révolution de 1789 et appliqué en 1790 fait de Saint-Brieuc le chef lieu du nouveau département des Côtes du Nord, la ville est aussi le chef-lieu de son district.

histoire de saint-brieuc
Carte des 9 districts des Côtes du Nord dont celui de Saint-Brieuc en 1790
(cartes des autres districts bretons)

En 1791 puis surtout en 1793 de nombreuses communes françaises changent de noms, ces changements sont motivés principalement pour supprimer toutes connotations religieuses (saint, sainte, croix, chapelle etc...) et aussi d'ancien régime (château, vicomte, comte etc...). La grande majorité de ces changements ne survécurent pas à la révolution, Saint-Brieuc comme de nombreuses communes en saint changera de nom pour Port-Brieuc (parfois orthographié Port-Brieux) avant de revenir à son ancien nom. Pour ce qui est des Côtes du Nord Saint-Gilles les bois ne repris pas son ancien nom de Saint-Gilles le Vicomte ainsi que Saint-Michel qui conserva le nom de Grâces.

noms revolutionnaires
 
noms revolutionnaires
Carte des changements de noms de communes pendant la révolution de 1789 dans les Côtes du Nord, Saint-Brieuc avait pour nom Port-Brieuc

(autres départements bretons)

 

— Saint-Brieuc pendant la révolution industrielle de 1815 à 1914:

La construction de la nouvelle église Saint-Michel date de 1837 à 1841, son style était déjà critiqué à l'époque, elle remplace une autre église Saint-Michel qui datait probablement de 1470 et se trouvait légèrement devant et à gauche de l'actuelle église Saint-Michel

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Église Saint-Michel (photos et cartes postales)
>

Un nouveau cimetière Saint-Michel est ouvert en 1839 en bordure de la vallée de Gouédic pour remplacer un ancien cimetière Saint-Michel qui se trouvait au sud et à l'ouest de l'ancienne église Saint-Michel soit à l'emplacement de l'actuel place Saint-Michel.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

 
Tombe de l'amiral Charner
Tombe de Louis Guilloux (écrivain)
Tombe à la mémoire de l'abbé Vallée (résistant)
Tombe des trois frères le Goff, de gauche à droite, Élie, Paul et Henri (sculpteurs)
           
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Tombe de Mirelle Chrisostome (résistante)
Tombe de Gabriel Hérault (ancien maire de Saint-Brieuc) par Ludovic Durand
Tombe de Roger Nimier (écrivain)
Tombe de Gaspard René Riollay (soldat de Napoléon 1er)
           
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
 
Tombe de Jules Lamare (écrivain et auteur d'une histoire de Saint-Brieuc)
Tombe de Charles Baratoux (maire de Saint-Brieuc)
Carré des militaires de 1781 soldats de 6 nationalités morts pendant la guerre de 1914-1918
 
Tombe des condamnés à mort
           
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Tombe d'Édouard le Mounier (aviateur) œuvre de Jean Bouché
Tombe de Jean-Marie Houvenagle (avocat)
 
Tombe de Pierre Marie ogé buste de son fils Pierre Marie François Ogé
Tombe de Henri Frotier de la Messelière (écrivain et généalogiste)
Cimetière Saint-Michel (photos)

La basilique Notre-Dame d'Espérance date de 1855, la nouvelle église ou chapelle Saint-Guillaume de 1863 et l'église de Robien de 1909.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
Basilique Notre-Dame d'Espérance
Chapelle Saint-Guillaume
Église de Robien
(photos et cartes postales)
(photos et cartes postales)
(photos)

Plusieurs bâtiments publics sont construits entre le second empire et la première guerre mondiale comme le palais de justice en 1857 est l'œuvre de l'architecte Alphonse Guépin avec un fronton du sculpteur Pierre Marie Ogé, le théâtre municipal de 1884 à 1900 par l'architecte Alexandre Angier et les sculpteurs Paul Niclausse pour la statue de la tragédie et Joachim Costa pour la statue de la comédie, les bas-reliefs au sommet sont du sculpteur Paul Guibé par et des peintures des décorateurs Lavastre et Carpezat, l'hôtel de ville en 1889 par l'architecte Alphonse Guépin fils et l'hôtel des postes construit en 1909 d'après les plans de l'architecte Bourgin avec un fronton du sculpteur Élie le goff père avec des sculptures représentant le télégraphe à gauche et le téléphone à droite.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

Palais de justice
Hôtel de ville
(photos et cartes postales)
(photos et cartes postales)
         
histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Théâtre
Hôtel des postes
(photos et cartes postales)
(photos et cartes postales)

carte de saint-brieuc

Le plan de gauche est de Pestel et date d'environ 1860, il comporte la nouvelle église Saint-Michel construite entre 1837-1841 et son nouveau cimetière installé en bordure de la vallée du Gouédic en 1849, le palais de justice construit en 1857 mais pas le parc des Promenades qui l'entoure actuellement. L'emplacement prévu pour la construction de la gare ferroviaire est noté "projet de station" et se fera bien a cette endroit, la gare recevra son premier train en 1863. Parmi les bâtiments présents sur le plan ont peut voir l'ancienne prison proche du palais de justice, le champs de mars avec sa caserne des Ursulines détruite en 1966 qui hébergeait avant la révolution les Sœurs Ursulines, le séminaire qui deviendra la caserne Guébriand vers 1905 puis sera rasé dans les années 60 pour construire l'actuelle gendarmerie, l'ancienne préfecture détruite en 1972 puis remplacée par une nouvelle de style moderne juste en face d'une cathédrale du 11ème siècle, la maison des Sœurs du Saint-Esprit, l'ancien hôpital, le lycée devenu collège et qui porte actuellement le nom de le Braz , le cloître des Bénédictines du Calvaire (ou Dames du Calvaire) démoli en 1964 et dont une partie a été reconstruit derrière la basilique Notre-Dame d'Espérance.

 
Cartes postales des casernes, de la gare, du palais de justice, de l'église Saint-Michel et de la préfecture
 
Le plan de droite date de 1876, il ressemble à celui ci-dessus sauf sur sur les points suivants, la gare ferroviaire est bien presente avec ses lignes et ses ponts, la caserne "d'infanterie de la gare" nommée plus tard caserne Charner est indiquée sur la carte malgré sa construction qui remonte à 1 ou 2 ans seulement et le parc des promenades est tracé. Curieusement le plan est inversée avec le nord en bas.
carte de saint-brieuc

 

À la fin du 19ème et au début du 20ème siècle des sculpteurs de talent habitent Saint-Brieuc, on peut citer Pierre Marie Ogé et son fils, Élie le goff et son fils Paul, Francis Renaud, Armel Beaufils et Paul Guibé. On peut voir leurs œuvres aux Promenades, au rond point Huguin, au monument aux morts, à la cathédrale Saint-Étienne, à la chapelle Notre-Dame de la Fontaine, au fronton du palais de justice, au fronton de l'hôtel des postes, au théâtre et au lycée le Braz entre autres.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Stèle Paul le Goff par Jules-Charles le Bozec
La forme sortant de la matière par Paul le Goff en 1914
Anatole le Braz et Marc'harit Fulup par Armel Beaufils
Monument aux morts de Saint-Brieuc par Francis Renaud
Bretonne par Francis Renaud
Villiers de l'Isle-Adam par Élie le Goff père

(photos et cartes postales)

histoire de saint-brieuc

L'essor industriel et commercial de Saint-Brieuc commence au milieu du 19ème siècle avec l'arrivée du train en 1863, l'empereur Napoléon III avait promis lors de son passage en janvier 1858 que la préfecture des Côtes du Nord serait sur la ligne Paris Brest contrairement au tracé d'origine qui la faisait passée par le centre Bretagne avec comme gares Moncontour et Napoléonville (Pontivy).

histoire de saint-brieuc

Gare d'état

(photos et cartes postales)

Des industries de la métallurgie et du pinceau s'installent dans la ville sous Napoléon III, la confection de pinceaux constitue toujours de nos jours une importante activité économique reconnue internationalement.

En 1880 le port du Légué est l'objet d'un programme d'aménagement, à la même époque le pavage des vieux quartiers insalubres en centre-ville contribue à dynamiser le commerce à Saint-Brieuc.

Au tournant du 20ème siècle se déploie le réseau ferré départemental notamment à Saint-Brieuc où de nombreux aménagements sont effectués dans le quartier de la gare, de Saint-Michel avec le pont de Souzain et ses grands boulevards, de Cesson avec son pont de Toupin et de Douvenant ainsi que son tunnel sous la tour de Cesson, du centre-ville avec la construction de la gare départementale en bordure de la vallée du Gouédic et proche du tout nouveau palais de justice, la plupart de ses ouvrages d'art sont l'œuvre de l'ingénieur des ponts et chaussées Louis Harel de la Noë originaire de Saint-Brieuc.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Gare départementale

(photos et cartes postales)

         
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Pont de Souzain ou Souzin (entre Saint-Brieuc et Plérin)

(cartes postales)

         
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Pont de Toupin

(photos et cartes postales)

         
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Pont traversant la rue de Gouédic
Ponts du Chemin des Courses
Pont de Roannec'h

Pont de Douvenant
(entre Saint-Brieuc et Langueux)

(photos et cartes postales)

Le football (héritier de la soule du moyen-âge) est codifié en Angleterre au milieu du 19ème siècle. Dès 1880-1890 la communauté anglaise de Dinard et de Saint-Servan jouent au football sur le sol breton, ce sport est dans un premier temps appelé ballon rond. À Saint-Brieuc une section football est créé en 1895 sous l'impulsion d'Augustin Corbel au sein du Patronage Saint-Michel une association omnisports d'inspiration catholique (ancêtre de l'actuel Club Olympique Briochin ou COB), l'équipe prend le nom d'Étoile Sportive Saint-Michel. En 1904 un autre club de football est constitué par Guillaume Lehousse sous le nom de Stade et Véloce Club Briochin.

Le Stade et Véloce Club Briochin prendra ensuite le nom de Stade Briochin Université Club (SBUC) en 1912 puis Stade Briochin en 1945, le surnom des joueurs est "les Griffons" en référence aux armoiries de la ville de Saint-Brieuc.

histoire de la bretagne
Carte des premiers clubs de football en Bretagne à la fin du 19ême siêcle ou au début du 20ème dont ceux de Saint-Brieuc

Le monument aux morts de 1870-1871 se trouve acturellement au cimetière de l'Ouest ou de Saint-Étienne, il se trouvait au début du 20ème siècle sur le Champ de Mars, il est l'œuvre du sculpteur Pierre Ogé, le monument date de 1892 et compte 25 noms.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Monument aux morts 1870-1871
Monuments aux morts de Saint-Brieuc (photos et cartes postales)

 

Au début du 20ème siècle Saint-Brieuc accueille plusieurs meetings aériens sur la grève des Courses dont ceux de 1909, 1910 et 1912. Les courses hippiques se déroulaient comme les meetings aériens sur la grève des courses et les concours hippiques sur le Champ de Mars.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1909 un blériot
1910 avec Busson
1910 un vasselot
1912 avec Molla
1912
Meetings aériens sur la grève des Courses à Cesson
Évènements (cartes postales)
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Courses hippiques
Concours hippiques

Toujours au début du 20ème siècle parmi les manifestations culturelles se déroule à Saint-Brieuc les fêtes historiques et celtiques de 1906 en habits d'époque, en ce qui concerne les manifestations religieuses, la plus connue est le pèlerinage de Notre-Dame d'Espérance du 31 mai et le Tro Breiz à la cathédrale Saint-Étienne et à la fontaine Notre-Dame (actuellement fontaine Saint-Brieuc).

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Fêtes historiques et celtiques de 1906
Pèlerinage de Notre-Dame d'Espérance
Fêtes des fleurs de 1905
Évènements (cartes postales)

La défaite de l'empereur Napoléon III en 1871 et la perte de l'Alsace-Lorraine provoquent chez de nombreux Français un sentiment de revanche à prendre sur l'Allemagne. Pour avoir les moyens de ses ambitions le nouveau régime en l'occurrence la troisième république va parsemer le pays de nouvelles casernes. Saint-brieuc hébergera au début de 1914 les 71ème et 271ème régiments d'infanterie plus le 74ème régiment d'infanterie territoriale constitué quant à lui dans les quelques jours avant ou après la déclaration de guerre du 3 août 1914, la ville avait comme casernes, Charner, Ursulines et Guébriant.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
 
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Caserne des Ursulines
Caserne Charner
Caserne Guébriant

(cartes postales)

histoire de saint-brieuc
Carte des régiments stationnés en Bretagne dont ceux de Saint-Brieuc à la veille de la guerre de 1914-1918

 

— Saint-Brieuc pendant la première guerre mondiale (1914-1918):

Durant la première guerre mondiale la ville recevra des prisonniers allemands, les civils sont conduit dans le prison et les militaires dansvles casernes, il y aura aussi proche de Saint-Brieuc un camp au Jouguet à Plérin et un autre camp à Saint-Ilan à Langueux.

histoire de saint-brieuc
Carte des régiments stationnés en Bretagne dont ceux de Saint-Brieuc à la veille de la guerre de 1939-1945

 

Cette guerre 1914-1918 à été très meurtrière, le monument aux morts de Saint-Brieuc est situé dans le parc des Promenades en bordure de la vallée de Gouédic, il date de 1923 et est l'œuvre du sculpteur Francis Renaud, il comporte 685 noms pour la 1ère guerre mondiale sans compter ceux qui ont été en contact avec les gaz et qui décèderont dans les années suivantes comme mon grand-père Jean Thomas, 244 pour la 2ème guerre mondiale et 27 pour les guerres suivantes soit au total 956 noms.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Monument aux morts 1914-1918, 1939-1945 et guerres suivantes
Monuments aux morts de Saint-Brieuc (photos et cartes postales)

La construction de l'usine Rosengard date de la grande guerre et plus exactement de 1916, Saint-Brieuc est choisi pour son éloignement du front, les premières fabrications sont des fusées pour les obus pendant la guerre et ensuite ce sera des pièces mécaniques pour l'automobile, les effectifs progresseront régulièrement pour atteindre un maximum de 900 personnes dans les années 1930, après les bâtiments seront longtemps occupé par Chaffoteaux et Maury puis actuellement et après restaurations il y a maintenant des magasins et de l'artisanat

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Ancienne usine Rosengart au Légué côté Saint-Brieuc

 

— Saint-Brieuc pendant l'entre deux guerres mondiales (1918-1939):

En 1927 la ville s'enthousiasma pour la célèbre coupe Florio qui grâce à Lucien Rosengart se déroula à Saint-Brieuc avec 200 000 spectateurs.

histoire de saint-brieuc

La gare d'état est remplacée en 1931 par une gare plus imposante sur l'emplacement de l'ancienne gare, elle sera renovée en 1988 pour permettre l'électrification de la ligne.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

La précédente guerre en l'occurrence la première guerre mondiale était surnommée la der des der, mais cela ne sera malheureusement pas le cas, l'arrivée au pouvoir de gouvernements belliqueux à nos frontières provoquera un nouveau conflit mondial 21 ans seulement après le traumatisme de 1914-1918 et la France n'ayant pas intégré cette éventualité était mal préparée pour cette nouvelle guerre. Avant la déclaration de guerre du 3 septembre 1939, Saint-Brieuc hébergeait comme en 1914 le 71ème régiment d'infanterie.

histoire de saint-brieuc
Carte des régiments stationnés en Bretagne dont ceux de Saint-Brieuc à la veille de la guerre de 1939-1945

 

— Saint-Brieuc pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1945):

Pendant la seconde guerre mondiale la ville fut occupée par l'armée allemande à partir du 18 juin 1940. N'étant pas un objectif stratégique elle subira peu de bombardements à part du côté de la gare avec le bombardement meurtrier de la rue de Quintin. Le port du Légué verra son trafic réduit à presque rien pendant cette période.

histoire de saint-brieuc
Progression en Bretagne de l'armée allemande en juin 1940, Saint-Brieuc est occupé le 18-6-1940

Les autorités Allemandes d'occupation instaurent le 20 octobre 1941 une zone côtière interdite ce qui oblige les habitants de Saint-Brieuc à posséder un certificat de domicile pour sortir de la zone ainsi qu'une bonne raison pour le faire. Plusieurs blockhaus seront construit près de la tour de Cesson dans le cadre de la construction du mur de l'atlantique par l'organisation Todt.

histoire de saint-brieuc
Carte de la zone côtière interdite dans les Côtes du Nord avec Saint-Brieuc, Plérin et Langueux dans la zone côtière interditeet Ploufragan et Trégueux hors de la zone côtière interdite

(autres départements bretons)

En décembre 1943 le vol d'un révolver à un soldat allemand par des lycéens de le Braz provoquera la mort de plusieurs d'entre eux, une rue de Saint-Brieuc porte le nom de rue des Lycéens Martyrs.

histoire de saint-brieuc

Hommage aux lycéens martyrs au lycée Anatole le Braz après guerre

Le 4 août 1944 les F.F.I. et FTP contrôlent la préfecture et la mairie mais il faudra attendre le 6 août en fin d'après midi pour voir les premiers éléments de l'armée américaine arrivant par la rue de Gouédic..

histoire de saint-brieuc
Progression en Bretagne de l'armée américaine en août 1944, Saint-Brieuc est libéré le 4-8-1944

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Armand Vallée
Famille Droniou
Yvette le Quéinec
Michel Marhic
Georges Geffroy
         
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Jean Métairie, Eugène Fleury et Jean Métairie fils
Yves Cabel, Pierre Catros, Louis Gaborel, Marcel Gaborel, René Jegou, Adrien le Coq, Augustin Mahé et Marcel Rannou
Jean Poilpot, Yves le Roy, Joseph François, Maxime Tognon et Alexandre le Gouédic
Diverses plaques commémoratives rappellent la mort de plusieurs résistants briochins pendant la seconde guerre mondiale (photos)

 

— Saint-Brieuc après la deuxième guerre mondiale:

Le général de Gaulle se rend dans la ville de Saint-Brieuc plusieurs fois après la seconde guerre mondiale comme lors de la visite officiel en tant que président du gouvernement provisoire le 21 juillet 1945 puis le 9 juin 1951 et aussi le 8 septembre 1960 comme président de la république.

histoire de vannes
Carte des visites du général de Gaulle en Bretagne dont celles du 21 juillet 1945, 9 juin 1951 et 8 septembre 1960 à Saint-Brieuc
histoire de vannes
Carte des visites du général de Gaulle dans les Côtes du Nord dont Saint-Brieuc

(autres départements bretons)

 

— le Légué, port de Saint-Brieuc:

L'étymologie du mot Légué (legueum en latin) semble avoir deux origines possibles, soit lez guer (près d'un gué) ou lez Ker (près du village). Pendant la période gallo-romaine deux petits ports coexistent, l'un côté Plérin (Portus Aurelii) et l'autre côté Cesson (Portus Cessonius), ils furent détruits par une forte marée au début du 8ème siècle.

L'existence du Légué est attestée au début du 15ème siècle par une assignation du duc de Bretagne. Son trafic reste faible pendant le moyen âge jusqu'au milieu du 19ème siècle, les raisons sont multiples, d'abord le désintérêt des habitants qui sont plus tournés vers la terre, puis des problèmes d'envasement et aussi la présence non loin de ports plus dynamiques comme Binic et Dahouët.

La pêche à la morue qui se développa de 1510 à la fin du 17ème siècle ne profita que très peu au Légué, contrairement à Binic et à Saint-Malo. Le véritable essor du Légué date du milieu du 19ème siècle avec l'arrivée du chemin de fer et l'amélioration du réseau routier, il passe de port de cabotage en réel port de commerce avec des importations de charbon, bois, fer en provenance des Îles Britanniques et des exportations de produits agricoles.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Port du Légué qui sépare Saint-Brieuc de plérin (photos et cartes postales)
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

Un bassin à flot est construit en 1847 du côté briochin, puis un phare sous la tour du côté plérinais, d'important travaux sont effectués en 1880.

Le trafic du Légué progressa régulièrement à l'exception de la première guerre mondiale où il chuta de moitié, de la récession des années 1925 1930 et surtout de la seconde guerre mondiale où le trafic était presque nul.

Le port comporte plusieurs ponts dont le pont de Pierre et le pont Tournant ainsi qu'une une écluse, depuis peu un double viaduc routier le surplombe.

Les rivières qui se jettent dans le port sont le Gouët au niveau du pont de Pierre et le Gouédic au niveau du bassin à flots.

Au début du 21ème un programme de modernisation, d'agrandissement et de revitalisation du port a été initié.

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Pont de Pierre
Viaduc du Gouët et du Gouédic
Pont Tournant
(photos et cartes postales)
(photos et cartes postales)
(photos et cartes postales)

 

— Photos sur Saint-Brieuc:

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

 

— Cartes postales sur Saint-Brieuc:

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

 

— Évolution du nom de la ville de Saint-Brieuc au cours des siècles:

Sanctus Briocus en 1032.
Saint Brieuc la Cité en 1296.
Sainct Brieuc des Vaulx en 1381.
Saint Brieuc des Vaux en 1394.
Port-Brieuc (parfois Port-Brieux) pendant la révolution.
Saint-Brieux en 1801.
Saint-Brieuc depuis 1802.

 

— Personnalités nées ou ayant vécues à Saint-Brieuc

histoire de saint-brieuc

Saint Brieuc, moine d'origine Galloise, il donna son nom à plusieurs communes dont Saint-Brieuc, il fonda un monastère vers le milieu du VIème siècle dans la ville selon la tradition. Saint Brieuc fait partie des sept saints évangélisateurs de la Bretagne avec Saint Corentin, Saint Malo, Saint Patern, Saint Pol Aurélien, Saint Samson et Saint Tugdual.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
Saint Guillaume Pinchon, né à Saint-Alban près de Saint-Brieuc vers 1180, évêque de Saint-Brieuc de 1220 à sa mort en 1234, il contribua à la construction de la cathédrale et fut canonisé en 1247. Saint Guillaume est le premier saint breton canonisé par l'église catholique par une bulle du 15 avril 1247 du pape Innocent IV.
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

Julien-François Palasme de Champeaux, homme politique né a Saint-Brieuc le 21 mars 1736, il sera sénéchal de Saint-Brieuc puis député des états généraux pendant la révolution française, il décède à Brest le 2 novembre 1795.

Joseph Jouanny, géographe et linguiste né à Saint-Brieuc en 1783.

histoire de saint-brieuc
Léopold Victor Charner, amiral et homme politique né à Saint-Brieuc le 13 février 1797. En 1834 il était à bord de la Belle Poule en tant que second lors du retour des cendres de l'empereur Napoléon 1er de l'île de Sainte-Hélène, Léopold Victor Charner participe à de nombreuses expéditions dont celle de Cochinchine en 1860. Il meurt à Paris le 7 février 1869 et est enterré au cimetière Saint-Michel de Saint-Brieuc après des obsèques aux Invalides.
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Cimetière Saint-Michel (photos)

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

Alexandre Glais-Bizoin, homme politique né le 9 mars 1800 à Quintin et mort le 6 novembre 1877 à Saint-Brieuc où il est enterré au cimetière de Cesson (il possédait le château et la tour de Cesson). Glais-Bizoin participa au gouvernement Gambetta de défense nationale de 1870 et fut un des promoteurs avec Étienne Aragon du timbre poste en France. Il sera de 1870 à sa mort conseiller municipal de Saint-Brieuc.
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Cimetière de Cesson (photos) et tour de Cesson (photos et cartes postales)

 

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Pierre Marie Ogé, sculpteur né à Saint-Brieuc en 1817, parmi ses créations on peut citer la Vierge à l'enfant du Tertre Notre-Dame à Saint-Brieuc, le fronton du palais de justice de Saint-Brieuc et le tombeau de Mathias Groing Romagère dans la cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc. Pierre Marie Ogé meurt en 1867, il est enterré au cimetière Saint-Michel de Saint-Brieuc où sa tombe possède un buste de lui fait par son fils Pierre Marie François Ogé.
histoire de saint-brieuc
Statue de Vierge à l'enfant au Tertre Notre-Dame à Saint-Brieuc
Tombeau de Mathias Groing Romagère dans la cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc
Fronton du
palais de justice de
Saint-Brieuc
Pierre Marie Ogé par son fils

histoire de saint-brieuc
Zénaïde Fleuriot, écrivain prolifique avec 83 romans, elle est née à Saint-Brieuc le 28 octobre 1829 au 19 rue Grande'Rue (actuellement 5 rue Maréchal Foch) et décéde à Paris le 19 décembre 1890 au 116 rue du Cherche Midi, sa tombe et sa maison (toujours propriété de sa famille) se trouve dans sa Bretagne natale à Locmariaquer. Sa carrière littéraire commence avec le roman "la fontaine du moine rouge" en 1857 qui remporta le 1er prix de la revue la france littéraire jusqu'à la publication posthume de "mon dernier livre" en 1897.
Zénaïde Fleuriot utilisa plusieurs pseudonymes dont entres autres Anna Edianez, Calixte Valauguy ou Zig Zag (source Daniel Carfantan).
histoire de saint-brieuc

Pour en savoir beaucoup plus sur la vie et l'œuvre de Zénaïde Fleuriot je vous conseille ce site:
http://www.livre-sur-mer.com/zenaide

Raphaël Donguy, peintre né à Saint-Brieuc le 15 février 1812 et mort dans sa ville natale le 10 avril 1877, il est l'auteur de nombreuses fresques et tableaux principalement dans les Côtes-d'Armor et plus particulièrement dans l'église Saint-Michel à Saint-Brieuc.
Voir le site de Pauline Moinet.

https://eglise-saint-michel.pagesperso-orange.fr

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Auguste de Villiers de l'Isle-Adam, écrivain né à Saint-Brieuc le 7 novembre 1838, il faisait partie d'une très ancienne famille et a ce titre avait des prétentions sur le trône de Grèce, il meurt à Paris le 18 août 1889 et est enterré au cimetière du Père Lachaise.
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Buste de Villiers de l'Isle-Adam par Élie le Goff père dans le parc des Promenades
Lieu de naissance d'Auguste de Villiers de l'Isle-Adam

histoire de saint-brieuc
Pierre Marie François Ogé, sculpteur né à Saint-Brieuc le 24 mars 1849, parmi ses créations on peut citer les sculptures le baptême gaulois, le pilleur des mers et ahès qui sont au musée de Saint-Brieuc, la statue d'Auguste Brizeux à Lorient, il y a aussi les statues de Saint-Jean Baptiste et Saint-Michel dans l'église Saint-Michel de Saint-Brieuc, le tombeau d'Eugène Bouché dans la cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc et la statue du monument aux morts de la guerre de 1870-1871 dans le cimetière de l'Ouest à Saint-Brieuc. Pierre Marie François Ogé meurt le 5 juin 1913.
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Tombeau d'Eugène Bouché dans la cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc
Statue du monument aux morts de la guerre de 1870-1871 dans le cimetière de l'Ouest de Saint-Brieuc
Statue d'Auguste Brizeux à Lorient

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
Ferdinand Foch, militaire né à Tarbes le 2 octobre 1851 et mort à Paris le 20 mars 1929, il se maria à Saint-Brieuc en 1883 avec Julie Bienvenue, une Briochine. Il vécut plusieurs années dans la rue qui porte actuellement son nom à Saint-Brieuc et fut l'un des organisateurs de la victoire de 1918 en tant que généralissime des armées alliées.
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

Émile Ernault, linguiste du breton né à Saint-Brieuc le 24 juillet 1852 et mort dans sa ville natale le 6 janvier 1938. En 1908 il co-fonde avec François Vallée "l'entente des écrivains bretons" qui milite pour une orthographe unique du Breton. Il sera barde au Gorsedd de Bretagne sous le nom de Barz Gouet et il présidera l'académie bretonne.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
Louis Harel de la Noë, ingénieur né à Saint-Brieuc le 29 janvier 1852, il construisit environ 300 ouvrages d'art dont de nombreux ponts dans les Côtes-du-Nord et notamment à Saint-Brieuc. Il meurt dans le Finistère à Landerneau le 28 octobre 1931.
histoire de saint-brieuc
Maison de jeunesse de Louis Harel de la Noë
Pont de Souzin en construction entre Saint-Brieuc et Plérin
Pont de Toupin à Saint-Brieuc

Élie le Goff, sculpteur né le 1er mars 1858 à Saint-Brieuc et mort en 1938 dans sa ville natale, parmis ses œuvres on peut citer entre autres le buste de Villiers de l'Isle-Adam dans le parc des promenades à Saint-Brieuc et plusieurs monuments aux morts dans les Côtes-d'Armor dont celui de Quintin. Trois de ses fils suivirent la vocation de leur père, mais furent tués pendant la guerre de 1914-1918, leur tombe au cimetière Saint-Michel de Saint-Brieuc fut réalisée par leur père pour leur rendre hommage en les représentant dans un médaillon en bronze surplombant une sculpture nommée funérailles en Bretagne et représentant des pleureuses bretonnes, ses fils se prénommaient, Élie, Paul et Henri. Une rue de Saint-Brieuc porte le nom de Trois Frères le Goff.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

Tombe des trois frères le Goff, de gauche à droite, Élie, Paul et Henri
Tombe des trois frères le Goff
Paul le Goff
     

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Buste de Villiers de l'Isle-Adam par Élie le Goff père
Monument aux morts de Quintin par Élie le Goff père
La forme sortant de la matière par Paul le Goff en 1914

histoire de saint-brieuc
François Vallée, alias Abherve, linguiste et professeur né le 26 septembre 1860 à Plounévez-Moëdec et mort le 3 mai 1949 à Rennes, il est enterré au cimetière Saint-Michel de Saint-Brieuc à côté de celle à la mémoire de son neveu le prêtre résistant Armand Vallée mort à Mauthausen. François Vallée enseigna à Saint Brieuc et participa au grand dictionnaire français-Breton en 1931, il était membre de plusieurs revues bretonnes. Un centre culturel breton porte son nom à Saint-Brieuc au 15 rue François Menez et organise régulièrement des conférences des plus intéressantes:
http://www.abherve.org
histoire de saint-brieuc

Georges Palante, philosophe né le 20 novembre 1862 à Blangy les Arras et mort le 5 août 1925 à Hillion, il professa durant près de 30 ans à Saint-Brieuc, il inspira à Louis Guilloux le personnage de Cripture dans le roman le sang noir.
histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
Alfred Jarry, poète et romancier né le 8 septembre 1873 à Laval et mort le 1er novembre 1907 à Paris, il vécut à Saint-Brieuc de 1879 à 1888 et il étudia au lycée Anatole le Braz. On lui doit la série des Ubus dont Ubu roi.

histoire de rennes

Armel Beaufils, sculpteur né à Rennes en 1882 et mort à Saint-Brieuc en 1952, il a exercé son métier en grande partie en Bretagne et est l'auteur de nombreuses sculptures ou bronzes religieux et profanes tel que le gisant de Jean V à Tréguier, le monument aux morts et la statue de Chateaubriand tous deux à Saint-Malo, Le monument Anatole le Braz à Saint-Brieuc, le médaillon d'Anatole le Braz sur la Roche des Martyrs à Perros-Guirec.
histoire de rennes

histoire de rennes

Statue d'Anatole le Braz avec Marc'arit Fulup à Saint-Brieuc
Monument aux morts de Saint-Malo
Tombeau du duc de Bretagne Alain V dans la Cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier

Émile Daubé, peintre et professeur né en 1885 à Murat dans le cantal et décédé le en 1961 à Saint-Brieuc, il enseigna à Saint-Brieuc pendant 41 ans et eut pour élèves les peintres Mordant, Coupé, Marin Marie, le Corre et Locca. Émile Daubé sera conservateur du musée de Saint-Brieuc de 1936 à sa mort en 1961.

Berthe Sylva, chanteuse dont la naissance semble avoir eu lieu en 1886 à Saint-Brieuc ou le 7 février 1885 à Lambézellec (actuellement Brest), elle décéde le 26 mai 1941 à marseille. elle a interprété des chansons à succès comme les roses blanches, amoureuse de la tête aux pieds et c'est mon gigolo.

histoire de saint-brieuc

histoire de rennes

Francis Renaud, sculpteur né à Saint-Brieuc le 26 novembre 1887, parmi ses œuvres il y a la pleureuse du monument aux morts de Tréguier, les monuments aux morts de Saint-Brieuc et de Ploufragan ainsi que le monument aux résistants du lycée Anatole le Braz. Francis Renaud meurt dans sa ville natale le 17 décembre 1973.
histoire de rennes

histoire de saint-brieuc

Monument aux morts de Saint-Brieuc
Monument aux morts de Ploufragan
Monument aux morts de Tréguier
Monument aux résistants du lycée Anatole le Braz à Saint-Brieuc

histoire de saint-brieuc
Jean Grenier, écrivain et professeur né le 6 février 1898 à Paris et mort le 5 mars 1971 à Dreux, il a passé son enfance à Saint-Brieuc dont il a gardé un grand attachement, il avait pour ami son confrère Louis Guilloux.

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
Louis Guilloux, écrivain né à Saint-Brieuc le 15 janvier 1899 et mort dans la même ville le 14 octobre 1980 (sa tombe est cimetière Saint-Michel de Saint-Brieuc), il était l'ami de Malraux et Camus. Louis Guilloux aimait sa ville natale et s'en inspirait dans ses livres. Parmi son œuvre littéraire on peut citer la maison du peuple 1924, le sang noir 1935, le pain des rêves 1949, coco perdu 1978 et le jeu de patience 1949 pour lequel il obtient le prix Renaudot.

Pour mieux connaitre Louis Guilloux et son œuvre:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Guilloux

histoire de saint-brieuc

Vefa de Bellaing, mélomane et poétesse en langue bretonne née le 19 septembre 1909 à Carhaix et morte le 16 avril 1998 à Guingamp, elle habita de nombreuses années à Saint Brieuc et co-fonda en 1940 la revue de bandes dessinées Ôlolé pour les enfants.

histoire de saint-brieuc
Armand Vallée, prêtre né à Saint Brieuc le 9 avril 1909, il est réformé en 1939 pour raison de santé mais il s'engage comme aumonier et obtient la croix de guerre pour son dévouement envers les malades. Armand Vallée, sera arrêté en 1942 pour faits de résistance et décèdera au camp de Mauthausen en Autriche le 29 mars 1945 peu de temps avant la fin de la guerre.
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

Roger Flouriot, écrivain dont la Bretagne est omniprésente dans son œuvre est né le 31 décembre 1911 à Yffiniac près de Saint-Brieuc et décède le 7 mars 1992 à Lannion, il étudia au lycée Saint-Charles de Saint-Brieuc et exerça le métier d'avocat dans la même ville. Flouriot fera de la résistance pendant la seconde guerre mondiale sous le pseudonyme de "Maltais".

Roger Nimier, écrivain né le 31 octobre 1925 à Paris dans une famille briochine et malouine, il étudia au lycée le Braz de Saint-Brieuc. On lui doit le hussard bleu et les enfants terribles, il donna son nom a un prix littéraire après sa mort survenue le 28 septembre 1962 à la Celle Saint-Cloud après un accident de voiture, il est enterré à Saint-Brieuc.

Heather Dohollau, poétesse d'origine galloise née le 22 janvier 1925 à Treherbert, elle habita de de longues années à Saint-Brieuc où elle décède le 30 avril 2013.

Bernard Locca, peintre né à Saint Brieuc en 1926, il fut l'élève de Daubé puis fit une carrière aux État-Unis avant de croquer l'actualité pour le journal télévisé de son ami Roger Gicquel, il est mort le 9 octobre 1997. Un de ses tableaux intitulé "le port du Légué" se trouve depuis 2007 dans la grande salle de la mairie de Saint-Brieuc.

Patrick le Lay, ingénieur et chef d'entreprise né le 7 juin 1942 à Saint-Brieuc, amoureux de sa région on lui doit la création de la chaine de télévision TV Breizh, il décède le 18 mars 2020 à Neuilly sur Seine.

Patrick Dewaere, acteur de talent né à Saint-Brieuc le 26 janvier 1947, son vrai nom est Patrick Bourdeau. Patrick Dewaere a tourné 37 longs métrages durant sa courte carrière car il meurt trop tôt à Paris le 16 juillet 1982 à l'age de 35 ans.
histoire de saint-brieuc

histoire de saint-brieuc
Bernard Hinault, célèbre cycliste né à Yffiniac près de Saint-Brieuc le 14 novembre 1954, il débuta sa carrière cycliste au Club Olympique Briochin, parmi ses très nombreuses victoires on peut citer cinq tours de France, trois tours d'Italie, deux tours d'Espagne et un titre de champion du monde. Son surnom est le blaireau à cause de sa ruse.
histoire de saint-brieuc

Liste des maires de Saint-Brieuc
 
Liste des évêques de Saint-Brieuc
1601 Mathurin le Coniac, sr de Botguen
1602 Rolland Guillou
1603 Jean Chapelain
1604 René Perrin
1605 O. Harvart, sr de la Longuerais
1607 François Paboul
1608 François Desbois, sr de l'Abbaye
1609 B. Harvart, sr de la Couette
1610 Mathurin Bagot, sr de Prévallon
1611 Toussaint Compadre, sr du Planchix
1612-1613 Mathurin Rouxel, sr de Beauvoir
1614 B. le Maçon, sr de Chalonge
1615 Bertrand Rouxel, sr du Bois
1616 le Normand, sr de la Ville Houart
1617 A. du Val, sr de la Ville Calmet
1618 Jacques Hervé, sr du Guernault
1619 G. James, sr de la Sieure
1620 Louis le Normand, sr du Pré Orin
1621 G. Guito, sr de la Brousse
1622 François le Branchu, sr du Guémorin
1623 Alain Proffit, sr du Clos
1624 Jacques Quiniart, sr des Mares
1625 François Bédel, sr du Puis
1626 Robin Noulleau, sr du Jonc
1627 Salomon Compadre, sr des Alleux
1628 Yves Lochet, sr des Noés
1629 le Conniac, sr de la Ville Mainguy
1630 Ruffelet, sr de la Ville Denoual
1631 de la Beausse, sr de la Ville Oger
1632 Antoine Haslé, sr des Vaux
1633 J. Desbois, sr de la Porte-Neuve
1634 J. du val, sr de la Ville Calmet
1635 François beaufait, sr de l'Épinay
1636 François Bagot, sr de Prévallon
1637 Mathurin du Val, sr de Carjégu
1638 François Damar, sr de la Noë
1639 S. Deliaire, sr de la Brandière
1640 G. Macé, sr de la Cour
1641 Louis Bodrin, sr de l'Ile
1642 Gaisneau, sr de la ville claire
1643 P. Quémar, sr de la Ville Hervé
1644 Mathurin Rouxel, sr de Kerfrichard
1645 Pastoureau, sr de la Ville Hellio
1646 Daniel Leclerc, sr du Pont
1647 François Bédel, sr de la Plaineville
1648 Jean Baptiste Proffit, sr du Plessis
1650 Jean Bédel, sr du Puis
1653 Yves Damar, sr de la Ville Cado
1654 Antoine Henry, sr de la Coste
1657 G. James, sr de Sieurnes
1658 Charles Landays
1659 Antoine Quinlart, sr des Mares
1661 Antoine Henry, sr du Tertre
1663 A. Bédel, sr de la Courneuve
1665 P. Ruffelet, sr de la Villemain
1667 P. Pommeret, sr du Hayes
1668 P. James, sr de la ville au Roux
1669 François Macé, sr du Bourgneuf
1670 Jean Limon, sr du Tertre
1673 Melchior Bagot, sr de Prévallon
1674 Jean Bédel, sr du Puis
1676 L. Estienne, sr du Clos-Juguet
1680 G. Espivent, sr de la Ville Boinet
1681 Ollivier le Mesle
1682-1684 Denis Lochet, sr des Noés
1684-1686 Yves Compadre
1689-1690 Thérault, sr de Boismarcel
1690-1692 Mathieu Ruffelet, sr des Allleux
1692 Charles Vincent Théaut
1693-1697 Nicolas Chapelain, sr de la Villeguérin
1697-1700 Jean Salomon Guito
1700-1703 Jacques Ruffelet, sr de la Lande
1703-1707 François le Gal, sr du Tertre
1707-1709 Étienne Lymon, sr du Tertre
1709-1711 Jacques le Mesle
1711-1715 Jean Jouannin, sr de la Roche
1715-1719 Louis Leclerc, sr de Vauméno
1719-1721 Jean Pierre Bernard, sr du Hautcilly
1721-1723 Claude le Duc
1723-1727 Philippe le Cesne
1727-1729 Alain Ruffelet
1729-1731 François Damar, sr de l'Abraham
1731-1733 Olivier Collet
1733-1734 Pierre Damar, sr de la Ville-Agan
1734-1748 Jean Louis Vittu, sr de la Villemain
1748-1753 Pierre Souvestre, sr de la Villemain
1753-1754 François Michel Lymon, sr de la Belleissue
1754-1774 Pierre Souvestre, sr de la Villemain
1774-1776 Jean-Louis Bagot
1776-1779 Pierre Jacques le Can, sr de la Ville Porte Amour
1779-1789 JeanFrançois Pierre Poulain, sr de Corbion (dit Poulain-Corbion)
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1789-1791 Jean-Louis Bagot
1791 François Jouannin
1791-1792 Denis le Gall
1791-1792 René Lorin
1792-1792 Jean-Marie Dubois Saint-Sevrin
1792-1792 François Marie Langlois
1792-1792 Guy Marie Lorin
1792-1792 Thomas Pierre Ferrary
1792-1792 François Marie Langlois
1792-1792 Jean Joseph le Minihys
1792-1792 Ambroise damar Saint-Rivily
1792-1792 Jean-Charles Guimart
1792-1792 Maurice Bourel Villaudore
1792-1792 Jean-Louis Thierry
1792-1808 François Marie Langlois
1792-1808 François Marie Langlois
1808-1815 Mathurin Leuduger-Fortmorel
1815-1816 François Guynot-Boismenu
1816-1818 Louis Jean Prudhomme
1818-1820 Jean-Baptiste Haouisse de la Ville au Comte
1820-1823 Jean-Louis Thierry
1823-1830 Julien Gédéon Geslin de Bourgogne
1830-1834 Pierre Barbe Tueux
1834-1835 Charles Caplet
1835-1835 René Paturel
1835-1848 François le Pommelec
1848-1848 Pierre le Pêcheur-Bertrand
1848-1848 Gabriel Hérault et Louis François Guillo-Lohan
1848-1854 Jean-Pierre Boulle
1854-1864 Daniel Bonnefin
1864-1872 Gabriel Hérault
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1872-1874 Jean-Marc Piedevache
1874-1876 Jean-Marie Viet-Dubourg et François Prohomme
1876-1881 Jean-Marie Viet-Dubourg
1881-1890 Charles Pradal
histoire de saint-brieuc
1890-1898 Charles Baratoux
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1898-1904 Louis Hélary
1904-1908 Henry Servain
1908-1908 Georges le Mercier
1908-1919 Henry Servain
1919-1925 Armand Waron
1925-1929 Jean-Marie Rioche
1929-1931 Henry Servain
1931-1940 Élie Brilleaud
1940-1941 Jean Morvan
1940-1944 Émile Chrétien
1944-1947 Charles Royer
1947-1953 Jean Nicolas
1953-1959 Victor Rault
1959-1962 Raoult Poupard
1962-1964 Antoine Mazier
histoire de saint-brieuc
1964-1965 Édouard Prigent
1965-1983 Yves le Foll
1983-2001 Claude Saulnier
2001 Bruno Joncour
histoire de saint-brieuc
 
1032 Adam, premier évêque connu
1077-1088 Hamon
1092 Guillaume
1109-1138 Jean
Robert
1144-1148 Rolland
1149-1150 Godefroy
1150-1156 Josce
1157-1161 Judicaël
1164-1179 Geoffroy de Hénon
1199-1207 Joscelin
1207-1208 Guillaume Socrate
1208-1212 Pierre
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1213-1220 Sylvestre Rolland
1220-1234 Saint Guillaume Pinchon
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1235-1248 Philippe
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1251-1256 André
histoire de saint-brieuc
1257-1259 Raoul
1260-1271 Simon
1271-vers 1295 Pierre de Vannes
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1295-1312 Geoffroy
1306-1319 Alain de Lamballe
1320-1329 Jean d'Avaugour
1329-1335 Raoul de la Flèche
1335-1357 Guy de Montfort
1357-1375 Hugues de Montrelais
1376-1379 Laurent de la Faye
1379-1385 Guillaume Beschard
1385-1404 Guillaume Anger
1404-1419 Jean de Malestroit
1419-1424 Alain de la Rue
1424-1427 Guillaume Brillet
1428-1431 Guy Éder
1432-1436 Hervé Huguet de Boisrobin
1436-1439 Olivier du Tillet
1439-1449 Jean l'Espervier
1450-1472 Jean Prégent
1472-1476 Pierre deLaval
1477-1505 Christophe de Penmarc'h
1505-1525 Olivier du Chastel
1525-1544 Jean de Rieux
1544-1554 François de Mauny
1554-1564 Jean du Tillet
histoire de saint-brieuc
1564-1595 Nicolas Langelier
1601-1618 Melchior de Marconnay
1618-1632 André le Porc de la Porte
histoire de saint-brieuc
1632-1641 Étienne de Virazel
1641-1675 Denis de la Barbe
1676-1680 Hardouin Fortin de la Hoguette
1680-1705 Louis de Coëtlogon
1705-1720 Louis Fretat de Boissieux
histoire de saint-brieuc
1721-1727 Pierre de la Vieuxville Pourpris
1727-1744 François Vivet de Montclus
1744-1766 Hervé Thépault du Brignou
1766-1769 François Bareau de Girac
1770-1775 Jules Ferron de la Ferronnays
1775-1796 Hugues Regnault de Bellescize
histoire de saint-brieuc
1790-1801 Jean Marie Jacob
1802-1815 Jean Baptiste Caffarelli
histoire de saint-brieuc
1817-1841 Mathias le Groing la Romagère
histoire de saint-brieuc
Depuis le 23-1-1852 évêques de Saint-Brieuc et de Tréguier
1841-1858 Jean Pierre le Mée
histoire de saint-brieuc
1858-1861 Guillaume-Élisée Martial
histoire de saint-brieuc
1862-1882 Augustin David
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1882-1888 Eugène Bouché
histoire de saint-brieuc
1889-1906 Pierre Fallières
histoire de saint-brieuc
1906-1923 Jules Laurent Morelle
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
1923-1949 François Jean Marie Serrand
1949-1961 Armand Coupel
1961-1976 François Kervéadou
1976-1991 Pierre Kervennic
1992-2010 Lucien Fruchaud
histoire de saint-brieuc
2010 Denis Moutel
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

1 - La chapelle Notre-Dame de la Fontaine, J. Trévidy 1897.

bluline - bretagneweb

  Monuments inscrits ou classés:

      FAÇADES ET TOITURES DE LA MAISON DU 17ÈME SIÈCLE 9 RUE DE LA QUINQUAINE - INSCRIT LE 6 DÉCEMBRE 1935

      FAÇADE SUR RUE DE L'IMMEUBLE 23 RUE DU MARÉCHAL FOCHET ET TOITURE CORRESPONDANTE - INSCRIT LE 3 FÉVRIER 1971

      SALLE, SCÈNE ET FOYER DU THÉÂTRE 1 PLACE DE LA RÉSISTANCE - INSCRIT LE 22 OCTOBRE 1996

      FAÇADES DU GRAND SÉMINAIRE 18 RUE DE GENÈVE ET TOITURES DES AUTRES BÂTIMENTS, CHAPELLE EN TOTALITÉ - INSCRIT LE 21 NOVEMBRE 1995

      FAÇADES PRINCIPALE ET FAÇADES LATÉRALES DE LA CAISSE D'EPARGNE 18 RUE DE ROHAN, TOITURES ET À L'INTÉRIEUR SALLE DU CONSEIL DES DIRECTEURS - INSCRIT LE 8 AOÛT 1995

      FONTAINE SAINT-BRIEUC OU NOTRE-DAME - CLASSÉ LE 15 SEPTEMBRE 1928

      CATHÉDRALE SAINT-ETIENNE - CLASSÉ LE 30 OCTOBRE 1906

      FAÇADE DE LA MAISON DU 17ÈME SIÈCLE 34 RUE FARDEL - INSCRIT LE 17 MAI 1940

      CROIX MATHIAS - INSCRIT LE 16 JUIN 1964

      TOUR DE CESSON - INSCRIT LE 24 AVRIL 1926

      TOUR DU SAINT-ESPRIT - INSCRIT LE 20 JANVIER 1926

      FAÇADE ET TOITURES DE L'ANCIEN MANOIR DE QUI-QU'EN-GROGNE - INSCRIT LE 24 AVRIL 1926

      HÔTEL DES DUCS DE BRETAGNE 15 RUE FARDEL - CLASSÉ EN 1889

      ANCIEN HÔTEL DE BELLECYSE - CLASSÉ LE 23 NOVEMBRE 1970

      FAÇADE EN GRANIT DU 17ÈME SIÈCLE ET TOITURES DE L'HÔTEL DE ROHAN 2 RUE SAINT-GOUENO - INSCRIT LE 6 DÉCEMBRE 1935

      FAÇADE DE LA MAISON ANCIENNE 17 RUE FARDEL - INSCRIT LE 17 MAI 1940INSCRIT LE 24 MARS 1926

      VIADUC DE SOUZAIN - INSCRIT LE 21 DÉCEMBRE 1993

      FAÇADE DE LA MAISON ANCIENNE 32 RUE FARDEL - INSCRIT LE 17 MAI 1940

      FAÇADE ET TOITURE DE LA MAISON ANCIENNE 16 RUE DU GOUËT - CLASSÉ LE 5 JANVIER 1928

      FAÇADE SUR RUE ET TOITURE CORRESPONDANTE DE LA MAISON ANCIENNE 22 RUE DU GOUËT- INSCRIT LE 6 FÉVRIER 1964

      FAÇADE ET TOITURE DE LA MAISON ANCIENNE 44 RUE DU GOUËT - INSCRIT LE 6 FÉVRIER 1964

      FAÇADE ET TOITURE DE LA MAISON ANCIENNE 48 RUE DU GOUËT - INSCRIT LE 12 OCTOBRE 1964

      FAÇADE SUR RUE ET TOITURE CORRESPONDANTE DE LA MAISON ANCIENNE 6 RUE HOUVENAGLE - INSCRIT LE 9 MARS 1963

      TOITURE DE LA MAISON DITE LE RIBEAULT 1 PLACE AU LIN - INSCRIT LE 8 DÉCEMBRE 1927 - FAÇADE - CLASSÉ LE 14 FÉVRIER 1930

      FAÇADES ET TOITURES DE LA MAISON D'ANGLE À PANS DE BOIS 2 PLACE DU GÉNÉRAL DE GAULLE - INSCRIT LE 6 DÉCEMBRE 1935

      FAÇADE ET TOITURE DE LA MAISON ANCIENNE 21 RUE FARDEL - INSCRIT LE 24 MARS 1926

  Sites inscrits ou classés:

      TERTRE-AU-BÉ - CLASSÉ LE 17 DÉCEMBRE 1925

bluline - bretagneweb

  Dictionnaire historique et géographique de Ogée (1778-1780):

SAINT-BRIEUC ; ville épiscopale ; à trois quarts de lieues de la mer, par les 5 degrés 5 minutes 2 secondes de longitude, & par les 48 degrés 30 minutes 18 secondes de latitude ; & à 20 lieues de Rennes. L'Evêché de Saint-Brieuc est borné, au Nord, par dix-huit lieues de côtes de mer ; au Sud, par l'Evêché de Vannes ; à l'Est, par celui de Saint-Malo ; & à l'Ouest, par les Evêchés de Quimper & de Tréguier. Il renferme plusieurs villes, cent quatorze Paroisses, douze treves ou succursales, non compris quatorze Paroisses & une treve de Dol enclavées dans ce diocese ; quatre Abbayes, quatre Collégiales, dont deux de fondation ducale ; huit Prieurés, des Duchés, des Baronnies, quatre forêts & des bois. Le nombre des habitants est de 173200. Le territoire est fertile, mais il n'est pas cultivé par-tout ; & le grand nombre de landes qu'on y voit encore aujourd'hui, ne prouve que trop la justice des plaintes de M. Hamel du Monceau, un de nos plus célebres agronomes. Il rend néanmoins justice aux paysans des environs de Saint-Brieuc. « Il y a, dit cet auteur, aux environs de Saint-Brieuc, un petit canton où la culture des terres est depuis long-temps portée à son plus haut point de perfection ; & cependant l'exemple de ces laborieux cultivateurs influe peu sur leurs voisins. » On va effectivement, par curiosité, visiter ces champs, qu'on ne peut voir qu'avec admiration. Ces estimables agriculteurs ont trouvé le secret de faire croître de très-beau bled sur des rochers ; & il semble que la nature se plaît à récompenser, par les plus abondantes récoltes, leurs soins industrieux & pénibles.
On trouve dans le diocese de Saint-Brieuc plusieurs sources d'eaux minérales. Ces eaux sont, en général, ferrugineuses, & contiennent une portion de Mars très-divisée, qui, au bout de quelques jours, se dépose dans des vases sous la forme d'une ochre jaune. Les plus célebres sont celles de Paimpol, de Saint-Brieuc, de Lamballe, du Fail près Quintin ; & il n'y a presque pas de Paroisse dans l'Evêché où il ne s'en présente aux yeux de l'observateur le moins attentif. Ces sources indiquent des mines de fer, qui sont effectivement fort abondantes dans ce diocese, quoiqu'il n'y ait que celle du Vaublanc qui soit exploitée. Quelques recherches qu'on ait faites, on n'a pu encore découvrir, dans ce diocese, des pierres calcaires. Celles qui paroissent en approcher le plus, telles que celles de Plouriveau & de Pledran, sont de vrais cailloux, qui resistent à l'action du feu ; mais on trouve, aux environs de Lanvollon & dans la Paroisse de Plounez, une espece de tusseau qui se durcit à l'air. Cette pierre se travaille aisément, & est très-propre à faire des tombeaux, des bas reliefs, des écussons. Ce diocese fournit aussi quantité de beau granit, qu'on envoie jusqu'à Paris. Les bornes de la place de Louis XV en sont tirées. L'air du pays est doux & tempéré à cause du voisinage de la mer. Les principales rivieres qu'on y remarque sont, l'Oust, l'Arguenon, le Demen, Gouet, &c. La mer y forme aussi plusieurs ports, dont les principaux sont ceux de Saint-Brieuc, du Légué, de Binic, de Paimpol, de Daouet, &c.
Le commerce des Briochins a plusieurs branches, dont voici les principales. 1°. Les toiles appellées de Bretagne, qui se fabriquent à Quintin, Moncontour, Uzel, Loudéac, & Paroisses circonvoisines, sont de deux especes : les unes appellées trois quarts, les autres petites laises. Les trois quarts ont de laise trente-cinq pouces, & les petites laises vingt-cinq. Lorsque ces toiles sont pliées en coupons, on les met en balles, en distinguant le gros d'avec le commun, le fin d'avec le superfin, les trois quarts d'avec les petites laises. Les balles des trois quarts contiennent ordinairement soixante pieces ou coupons de cinq aunes chacune ; ce qui fait trois cents aunes. On en fait aussi de cinquante pieces de six aunes : on les appelle balles réduites à cinq & six aunes. Les balles de petites laises contiennent ordinairement cent pieces de cinq aunes, faisant cinq cents aunes : ces toiles en balle ne sont point de débit dans le Royaume ; les Négociants les vendent à Saint-Malo, Morlaix, Saint-Brieuc, & Nantes, pour être portées à l'Etranger, ou bien ils les envoient eux-mêmes pour leur compte. On a supputé que, de ces quatre ports, il sortoit, chaque année, en temps de paix, sept mille balles de toiles, dont le prix varie suivant les circonstances. Il y a encore une autre espece de toile en deux tiers de laise, qui se fabrique, en petite quantité, à Uzel & à Loudéac. Ces toiles sont vendues en pieces longues, sans aucune forme ni apprêt que le blanc. 2°. La pêche de la morue. Les ports de Saint-Brieuc, Binic, Daouet, Portrieuc, envoient, en temps de paix, chaque année, à cette pêche, le nombre d'environ quinze ou seize vaisseaux depuis cent jusqu'à trois cents tonneaux. Ces vaisseaux, pour la plupart, vont vendre leur morue dans les ports de Marseille, Nantes, le Havre, &c. Les retours sont en huiles, savons, fruits secs, & autres denrées. La navigation de Terre-Neuve est fort avantageuse à la province, qu'elle enrichit, & au Royaume en général, par le grand nombre d'excellents navigateurs qu'elle produit ; espece d'hommes aussi nécessaire que précieuse à l'Etat, tant en temps de paix qu'en temps de guerre. 3°. Les bleds, lorsque l'exportation est permise. 4°. Le fer des forges du Vaublanc, dont il se fait un grand débit dans la province, sur-tout en temps de guerre, pour les armements de la Marine. 5°. Le plomb de la mine de Châtel-Audren. Cette mine, découverte en 1762, par M. Valmont de Bomare, sçavant Naturaliste, offre une nouvelle source de richesses, où l'on commence à puiser avec avantage : elle étend ses rameaux dans les Evêchés de Tréguier & de Saint-Brieuc. Elle est une galêne grenelée & à tissu d'antimoine ; on y trouve aussi de petits crystaux très-durs de mine spatique de plomb. Le minéral contient depuis sept jusqu'à dix onces d'argent par quintal ; mais l'arsenic en rend l'exploitation un peu difficile, & a déja fait abandonner quelques puits. 6°. Les fils. Ils sont de plusieurs sortes, & il s'en fait un grand commerce dans les marchés du diocese. Les fils de Quintin, Uzel, Loudéac, Moncontour, Ploeuc, & Paroisses circonvoisines, sont les plus fins, & sont employés à la fabrique des toiles appellées Bretagne ; ceux de Saint-Brieuc, Lamballe, Binic, Paimpol, sont bons pour les teintures de Rennes, & sont aussi employés à faire des toiles moins fines. 7°. Le cabotage. C'est le commerce que font les barques dans les différentes parties du diocese de Saint-Malo, au Croisic, Bordeaux, Rouen, Bayonne, &c. Ce commerce est d'une utilité très-grande : il verse dans la province les résines, les graines de lin, les charbons de terre, &c. 8°. Les cires & les miels forment aussi une branche de commerce, qui deviendroit plus importante si elle étoit cultivée.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb